Plate-forme du RHI-SRI

 

1. Introduction

Le projet de construction d’un Secours Rouge International s’est constitué à l’automne 2000. Cette plate-forme a été reformulée en avril 2016, sur base de la plate-forme adoptée en décembre 2000 et sur base de quinze années d’expérience de construction d’un organisme international de solidarité de classe

2. Objectifs

Alors que la répression bourgeoise approfondit et étend son offensive en prenant une dimension toujours plus transnationale, l’organisation de la solidarité de classe par dessus les frontières devient un impératif vital. Le Secours Rouge International comprend la solidarité de classe face à la répression comme une partie de la lutte révolutionnaire.

Son activité vise à :

  • Augmenter les capacités de résistance à la répression des mouvements de lutte, et cela par l’analyse des évolutions et progrès (techniques, légaux, organisationnels) de la répression et des moyens d’y résister.
  • Soutenir les militants révolutionnaires ainsi que les combattants des luttes de libération nationale emprisonnés, les travailleurs, chômeurs, étudiants, jeunes et femmes des masses populaires, réprimés pour leur activité anticapitaliste, antifasciste et anti-impérialiste (grève, manifestation, etc.). Ce soutien peut revêtir différentes formes (politique, économique, juridique, aide aux proches des prisonniers) mais garde toujours une dimension et une déterminante politiques.
  • Reconnaître les détenu.e.s révolutionnaires en tant que patrimoine précieux de la lutte de classe et de l’expérience de la révolution prolétarienne, en tant que présence vivante dans l’actuelle redéfinition du camp révolutionnaire, en tant que présence forte dans la recherche d’une nouvelle avancée révolutionnaire.
  • Ils/elles sont l’expression des tentatives les plus avancées qui se soient développées dans certains pays impérialistes, en particulier là où a été affrontée avec courage la question de la violence révolutionnaire, aspect indissociable de tout processus révolutionnaire pour abattre le pouvoir de la bourgeoisie impérialiste.

Leurs conditions de détention et l’acharnement répressif sur eux/elles sont la partie la plus visible de l’ensemble de la politique répressive qui frappe toute la classe ouvrière. D’où la nécessité d’unifier les différents sujets de cette répression politique de classe.

Sont considéré/es comme prisonnièr.e.s politiques toutes et tous les militant.e.s révolutionnaires détenu.e.s pour leurs activités politiques et politico-militaires, ainsi que tous les ouvriers, paysans, chômeurs, étudiants, jeunes et femmes des masses populaires et autres, persécutés et emprisonnés dans le cadre de la lutte anticapitaliste, antifasciste et anti-impérialiste. Là où il y a oppression, il y a résistance. A la résistance des opprimé.e.s s’oppose la répression de la bourgeoisie, quels que soient ses représentants politiques à la direction de leurs régimes, fascistes, réactionnaires ou soit disant démocratiques.

Le SRI soutient les combattant.e.s détenu.e.s à cause des luttes anticapitalistes, de libération nationale, lorsqu’elle est une étape sur le chemin vers le socialisme, sur la base du critère de l’affaiblissement et du renforcement du mouvement ouvrier dans son ensemble. Le SRI exclut de son travail de soutien tous les prisonnièr.e.s luttant pour des causes réactionnaires, obscurantistes et antipopulaires comme le chauvinisme, la religion ou le racisme.

Le SRI affirme que la solidarité envers les prisonniers doit être le lieu où les divergences politiques, idéologiques et organisationnelles doivent être les moins influentes. Le devoir d’unité autour des prisonnièr.e.s et face à la répression bourgeoise amène le SRI a, par avance, rejeter l’éventualité d’une prise de position dans un conflit interne au mouvement révolutionnaire que ce soit au sein d’une organisation ou entre deux organisations.

Le Secours Rouge International défend l’identité politique des prisonniers révolutionnaires, travaille à faire connaître la réalité des révolutionnaires prisonniers aux masses en lutte, exige la libération des prisonniers malades, soutient les revendications et les luttes des camarades prisonniers, dénonce toutes les formes d’isolements, toutes les formes de torture, les longues peines, les mesures dites “de sécurité”, les restrictions à la libération conditionnelle, les lois d’exception, la double peine, les expulsions et les extraditions.

Le processus de construction d’un SRI ne peut donc se faire que si les projets politiques différents peuvent coopérer loyalement à l’application stricte de la plate-forme, du cadre de travail du SRI. L’activité du Secours Rouge International n’est pas de nature humanitaire ni caritative, elle est politique. Elle n’est pas neutre, elle fait partie du grand mouvement anticapitaliste, anti-impérialiste, antifasciste, qui vise à renverser l’exploitation et l’oppression.

Cela signifie forcément que les forces constitutives du SRI ont chacune leur projet politique et stratégique de lutte anti-capitaliste. Et il est logique que ces forces considèrent le SRI comme un élément d’une stratégie globale révolutionnaire. Cette « instrumentalisation » du SRI est légitime pour autant:

  • qu’il y ait un strict respect de la plate-forme du SRI.
  • que le SRI ne soit pas impliqué dans des luttes de lignes, ou transformé en champ de bataille pour les luttes de lignes.

Les groupes constituant le Secours Rouge International sont différents :

  • parce qu’ils ont une nature différente: certains sont liés à des organisations et ont donc une identité politique bien définie, d’autres réunissent des membres ayant des identités politiques différentes;
  • parce qu’ils ont des identités politiques différentes;
  • parce qu’ils ont des réalités militantes différentes: certains groupes sont très importants en effectifs, d’autres sont très réduits, certains sont anciens, d’autres récents, etc.
  • parce qu’ils proviennent de différents pays et de différentes histoires, et qu’ils ont donc une « culture politique » particulière.
  • parce qu’ils ont des réalités subjectives particulières, parce qu’ils sont dans des réalités objectives particulières, parce que les développement des uns et des autres sont inégaux.
  • C’est pour cela qu’au fil des années, au fil des conférences, des méthodes de travail, de discussion, de gestion des divergences ont été mises au point. Ces méthodes sont devenues partie intégrantes du processus de construction du SRI. Ne sont admis dans ce processus de construction que les forces qui approuvent, assimilent et pratiquent ces méthodes.

Le SRI ne remet aucunement en cause l’importance fondamentale des luttes de lignes pour le mouvement révolutionnaire. La situation du mouvement révolutionnaire dans la période actuelle, le nombre de questions stratégiques, tactiques, etc. restant à résoudre appellent nécessairement ce genre de débats et de luttes. Mais ceux-ci doivent servir de moteur à la lutte révolutionnaire et non de frein à la solidarité.

L’unité autour des questions des méthodes est une chose qui se découvre dans la pratique commune. Outre un accord sur les principes, l’établissement de relation de travail est un préalable à tout rapprochement d’une force avec le SRI. L’espace privilégié de ces relations de travail est la participation aux campagnes thématiques, internationales et ponctuelles, qu’engage le SRI (parfois à l’appel d’un de ses membres, parfois à l’appel d’une force extérieure, parfois de l’initiative de son secrétariat international). La manière dont les groupes contribuent (en fonction de leurs forces) aux campagnes internationales de solidarité s’est révélé un bon critère d’évaluation.

Le SRI s’inscrit dans la tradition d’une des plus belles expériences du mouvement communiste international : le Secours Rouge International qui existait dans la période des luttes prolétariennes et antifascistes dans les années 20 et 30, ainsi que de ses tentatives de reconstruction dans les années 70. Il ne s’agit pas de reproduire cette expériences, tant les conditions ont changé, mais d’en tirer des leçons et en assumer l’héritage et le lier à une perspective.

 

RHI-SRI.ORG

Source: https://rhisri.secoursrouge.org/fr/about-us/