‘Spain’ accuses 100,000 Catalans of Sedition.. Schools on Strike.. Universities Occupied

iTraduction

« La plate-forme unitaire «Universités pour la République» a appelé une grève de deux jours dans les universités catalanes: jeudi 28 et vendredi 29 pour dénoncer ce qu’elles considèrent «les poursuites judiciaires et policières que nous subissons l’Etat espagnol et l’état caché d’urgence qui a été installé en Catalogne « .

The Free

Massive Strikes of Catalan university and high school students to defend the 1-Oct  Referendum

School students block main highways in Barcelona  27 /09/17


 Student unions caledl for a mobilization from the classrooms between Wednesday and Friday.

Students are expected to block roads, occupy buildings and are supported by the teachers, and left wing unions. the State prosecutors sent warnings that teachers and parents will be held responsible for any damage.

The Student Union also convened a general strike at High Schools on Wednesday 27, and urged students to join the demonstrations planned at noon.

Representants d'Universitats per la República, en roda de premsa (ACN)Representatives of platform ‘Universities for a Republic’, at a press conference (ACN)

The unitary platform « Universities for the Republic » has called a two-day strike in Catalan universities – Thursday, 28, and Friday, 29 – to denounce what they consider « the judicial and police prosecution we suffer from the Spanish State and the hidden state of…

View original post 802 mots de plus

Publicités

Solidarité avec la lutte du peuple colombien pour la paix et la justice sociale !!

Le 1er juillet dernier, Alberto Román Acosta González, président de section de l’Union nationale des travailleurs de l’agro-industrie (SINTRAINAGRO) de Colombie, a été assassiné. Son nom s’ajoute à la longue liste des 156 syndicalistes et défenseurs·ses des droits tué·e·s depuis le mois de mars 2016 en Colombie. Depuis sa création, le syndicat apporte son soutien aux initiatives de négociations de paix amorcées dans le pays, ce qui l’a conduit à devenir une cible directe des groupes armés qui y sont opposés.

tribune marxiste-léniniste

.
.
.

Solidarité avec la lutte

du peuple colombien

pour la paix et la justice sociale !!

.

.

Le gouvernement Colombien doit garantir la protection des syndicalistes !

Si le message ne s’affiche pas correctement, accédez à la version en ligne.

Peuples solidaires actionaid
Je signe
Peuples solidaires actionaid

Le 1er juillet dernier, Alberto Román Acosta González, président de section de l’Union nationale des travailleurs de l’agro-industrie (SINTRAINAGRO) de Colombie, a été assassiné. Son nom s’ajoute à la longue liste des 156 syndicalistes et défenseurs·ses des droits tué·e·s depuis le mois de mars 2016 en Colombie. Depuis sa création, le syndicat apporte son soutien aux initiatives de négociations de paix amorcées dans le pays, ce qui l’a conduit à devenir une cible directe des groupes armés qui y sont opposés.

Productrice de bananes, de café, d’huile de palme, de fleurs coupées et de canne à sucre, la Colombie mise sur l’exportation de ses produits…

View original post 97 mots de plus

Flood of Escalating Repression boosts Catalan Referendum Resistance

La Confédération générale des travailleurs (CGT) de Catalogne a présenté un avis d’appel à grève générale. La manifestation doit être ratifiée par les assemblées des syndicats, ont déclaré des sources du secrétariat de l’organisation.

The Free

The fight between the majority of Catalans and the Spanish State is escalating by the hour. Support for holding an Independence Referendum on 1st Oct is growing in reaction to a flood of repression.

The far-right PP government, direct successor to the fascist Franco regime  has ordered thousands of militarized Guardia Civil into Catalonia where they are trying to try prevent the Referendum.

Some Key Events

  • On 11th Sept over one million people demonstrated in favour of the Referendum, in perfect order and for the sixth year running.
  • After a 48 hr ultimatum was ignored the State is seizing the bank accounts of the local Catalan Government, threatening all public employees,health, pensions, etc. http://www.elpuntavui.cat/barcelona.html
  • Thousands of military police have arrived and seized millions of posters and leaflets in favour of the referendum. they also destroyed ballot papers at a printing works  after a whole day of mass resistance. A cruise…

View original post 1 253 mots de plus

CNT warns of riot cops shipped into Barcelona docks

In light of the events that took place today, from the CNT Barcelona we want to show our rejection of the repression inflicted, once again, by the Spanish State; seeing it as a use of force against the most basic social rights which again reveals the true face of the factual powers.

The Free

Published September 21, 2017

from  FreedomPress

In the febrile atmosphere of Catalonia’s attempted independence referendum and repression from Madrid, activists with the anarchist CNT union report that national police have been shipped in from all over Spain and are holed up at Barcelona’s port, seemingly in preparation to crush any significant upheavals.

Dock workers with Portuaris CNT have been tracking police movements in the Prince of Spain and Lepanto docks where three large ferries have been spotted which appear to be acting as hubs for officers loyal to the national PP (conservative) government.

Spanish President Mariano Rajoy has taken a heavily repressive line with the regional Catalan govenment over plans to mount a what Rajoy calls an illegal independence referendum on October 1st. Yesterday regional administrative offices across Catalonia were raided and 14 people detained, sparking a tense protest and standoff in Barcelona.

Madrid appears to be concerned about the…

View original post 277 mots de plus

Prisoner Correspondence Project/Projet de Correspondance pour prisonniÈr.e.s

En soutien à la lutte pour le droit à la différence des genres LGBT, Queer et al., nous publions le lien web d’un  groupe qui a pour projet de défendre les prisonnierÉs des différents genres victimes d’oppression et de répression en raison de leur identité sexuelle et qui croupissent dans les prisons du Canada et des États-Unis.

 

 

Le Projet de Correspondance pour prisonniÈr.e.s est un projet de solidarité pour les prisonniÈr.e.s gais, lesbiennes, transexuel.le.s, transgenres, non-binaires, bispirituel.le.s, intersexes, bisexuel.le.s et queers du Canada et des États-Unis, les jumelant avec des personnes de leur communauté, vivant en dehors de la prison.

**************

The Prisoner Correspondence Project is a solidarity project for gay, lesbian, transsexual, transgender, gendervariant, two-spirit, intersex, bisexual and queer prisoners in Canada and the United States, linking them with people a part of these same communities outside of prison.

Source : https://prisonercorrespondenceproject.com/

La politique des États-Unis et la crise de la résistance palestinienne/Barakat: United States policy and the crisis of the Palestinian Resistance Aug

Le Bureau des médias du Front populaire de libération de la Palestine a réalisé cette interview du camarade Khaled Barakat, qui commente les tout derniers développements de la cause palestinienne, et tout particulièrement la crise actuelle de la résistance et le danger posé par l’alliance entre l’impérialisme américain, la réaction arabe et le sionisme au début de l’ère Trump.

Quel est selon vous le rôle de l’administration des États-Unis sous Donald Trump aujourd’hui, par rapport aux niveaux arabe et palestinien ?

Barakat. Je commencerai par le niveau palestinien en particulier. Les États-Unis sous l’administration Trump croient qu’ils vont pouvoir imposer ce qu’ils appelleraient « l’arrangement du siècle » ou ce que Trump a maintes fois qualifié d’« accord important » ou de « grosse opportunité ». Les États-Unis croient qu’ils peuvent agir de la sorte en raison de la reddition complète de la direction traditionnelle palestinienne sous l’autorité d’Abou Mazen [c’est-à-dire Mahmoud Abbas, NdT] et de la situation socioéconomique pénible des Palestiniens à Gaza et ailleurs. En bref, ce que cela signifie réellement, c’est que les capitalistes palestiniens acceptent la prétendue « gouvernance autonome » afin d’assurer leurs propres intérêts mesquins en échange de toute forme d’indépendance réelle. Les États-Unis croient aussi qu’ils peuvent faire la même chose dans un monde arabe éclaté et rendu exsangue par des troubles et des guerres sanglantes et cruelles. Aujourd’hui, il existe un camp bien réel, constitué par les régimes réactionnaires arabes et en même temps par Israël, afin non seulement de modifier le combat en un combat contre l’Iran plutôt que pour la libération de la Palestine, mais aussi pour traiter ouvertement avec Israël en tant que partie intégrante de ce camp.

10e anniversaire de la fondation du Front populaire de libération de la Palestine – 67-77. Non à l’implantation impérialiste. Non aux solutions défaitistes. Oui à la guerre populaire.

Le Front populaire a toujours identifié le camp de l’ennemi du peuple palestinien à ces puissances : l’impérialisme américain et occidental, le sionisme, les régimes arabes réactionnaires et Israël. C’est toujours le cas de nos jours, mais en y ajoutant le secteur palestinien qui a rallié désormais ce camp ennemi. C’était même le cas lorsqu’il n’y avait pas de relations publiques entre les régimes arabes et Israël, à l’exception de la Jordanie et de l’Égypte. Aujourd’hui, la normalisation s’est intensifiée au point de qualifier la résistance palestinienne de « terroriste », comme nous l’avons vu dans le journal officiel saoudien, al-Riyadh. Ceci n’a rien d’un changement de position, en fait, mais c’est bien un changement dans la publicité et le caractère évident de ces positions et dans la façon dont l’affaire est présentée clairement aux masses. Aujourd’hui, les relations entre Israël et l’Égypte, par exemple, se sont modifiées. Au départ, il s’agissait d’un partenariat et d’une collusion ; désormais, l’Égypte suit totalement la position et les impératifs israéliens. C’est tout aussi pertinent quand nous examinons les relations entre la Jordanie et Israël et certains des États arabes du Golfe, y compris dans le domaine des accords sur le gaz de la Méditerranée. En outre, nous assistons également aujourd’hui à une crise de la résistance palestinienne et nous devons être francs et honnêtes, à ce propos.

Dans quoi voyez-vous la crise de la résistance palestinienne se refléter, aujourd’hui ?

Barakat. Tout d’abord, à l’heure présente, la résistance palestinienne ne dispose toujours pas d’un front national unifié. On ne peut affirmer que l’OLP représente ce front national unifié, dans sa situation actuelle, sous la direction d’Abou Mazen et en l’absence de forces majeures issues de l’OLP même, pas plus que nous ne pouvons qualifier le Hamas de seul représentant légitime de la résistance palestinienne. La leçon fondamentale à tirer de tous les mouvements de libération nationale qui combattent l’impérialisme, le colonialisme, le colonialisme d’implantation, l’occupation et l’apartheid, c’est l’impérative nécessité d’un front national unifié. Ce n’est pas du tout la même chose qu’une direction nationale unifiée. Cette dernière est un produit du front national unifié, mais elle ne remplace en aucun cas le front ni ne s’exprime en son nom.

L’occupation se poursuit… Les implantations (israéliennes) se poursuivent… Donc, cessez de négocier Et poursuivez la lutte

La deuxième représentation de cette crise, c’est le chaos qui règne au sein des institutions palestiniennes mêmes, et ce chaos est un produit manufacturé à l’époque d’Oslo et de ses accords. Afin que la résistance palestinienne puisse présenter une alternative à cette ligne, à cette voie des négociations futiles, elle doit avoir un programme politique clair qui, sans aucun doute et sans la moindre remise en question, doit s’allier aux classes populaires palestiniennes, c’est-à-dire aux 99 pour 100 du peuple palestinien, et tout particulièrement aux personnes qui luttent dans la pauvreté et qui vivent dans des camps de réfugiés.

Finalement, nous devons encourager une nouvelle perception du terme « résistance », qui inclut toutes les formes de la lutte palestinienne et bien d’autres entités outre les « factions ». Malgré tout, cette résistance existe et elle est forte, et elle s’étend du Chili à Ain el-Helweh et à Gaza, parce que c’est la résistance du peuple palestinien même. La résistance palestinienne doit se faire l’écho des voix des Palestiniens partout où ils sont et pas seulement des Palestiniens d’une région particulière. Et la résistance palestinienne permet à tous les secteurs palestiniens, en particulier les jeunes et les femmes, d’être aux premières lignes du front et d’assumer la direction de cette résistance. Voilà, en bref, les principaux défis qui représentent la crise palestinienne en ce moment.

Quelle est la situation de l’OLP et de la crise de la représentation palestinienne ?

Barakat. L’OLP est tombée aux mains d’un groupe qui ne représente qu’un programme de la bourgeoisie palestinienne. Celle-ci s’est mise à abuser à son profit des réalisations historiques du peuple palestinien quand celui-ci a désigné l’OLP comme sa seule représentante légitime dans le monde arabe et dans l’arène internationale. Cette bourgeoisie utilise et manipule cette histoire pour la mettre au service du projet capitaliste palestinien prétendument appelé « État palestinien ». Elle en utilise la forme mais en tue le contenu, l’essence même de l’OLP. Ce projet ne représente pas la lutte nationale palestinienne en faveur du retour et de la libération. D’où l’OLP tire-t-elle cette légitimité ? De la reconnaissance dont elle a bénéficié depuis 1974… Aujourd’hui, elle n’est plus que sous le seul contrôle de Mahmoud Abbas et de son aile de la prétendue direction palestinienne. De plus, ce n’est pas l’OLP qui prend les décisions, aujourd’hui, mais l’Autorité palestinienne. Voilà où réside le processus décisionnel réel, aujourd’hui, dans les mains de l’AP et plus du tout dans celles de l’OLP. C’est pourquoi le Front envisage sérieusement, de nos jours, de se retirer de toutes ces institutions afin de ne pas fournir la moindre couverture à la direction de l’OLP et à l’AP dans leur programme de plus en plus élaboré visant la reddition ainsi que le sabotage destructeur de la cause palestinienne.

Organisation de la jeunesse palestinienne Lors du 30e anniversaire de sa création, le Front populaire de libération de la Palestine s’engage dans la lutte pour la victoire

Voilà la crise de représentation dont nous voulons parler. Qui représente le peuple palestinien ? Est-ce l’OLP, l’AP ou la résistance palestinienne en termes abstraits ? Oui, nous avons grandement besoin d’un front national qui unifie, mais il est impossible d’y arriver sous les auspices de l’actuelle direction officielle. C’est aujourd’hui une conviction que partagent vraiment la plupart des membres et cadres du Front, y compris les camarades qui donnent toujours la priorité à l’« unité nationale ».

Dernièrement, il a été question de réunir un Conseil national palestinien. Quelle est la situation, du côté du CNP ?

Barakat. La position du Front a été très claire, au vu de la déclaration qui a été faite par le Comité central l’an dernier, à propos de ce problème même. Et cette position est la suivante : Le Front ne participera pas à un seul Congrès national palestinien tant qu’il sera organisé sous les auspices de l’occupation. Ce Congrès doit constituer un pas vers l’unification de notre peuple tout entier. Il doit se tenir en dehors de la Palestine. Il doit redonner vie à la shatat (diaspora) et au rôle palestinien dans la diaspora. Il doit avoir lieu dans un contexte de liberté et de transparence, sous les auspices du peuple palestinien et non sous les auspices des régimes arabes ou des services de sécurité.

Oui, aujourd’hui, il y a de nouvelles tentatives de la droite palestinienne de créer un faux rassemblement du CNP à Ramallah. Nous ne voulons pas d’un congrès s’appuyant sur des quotas, mais plutôt sur des élections démocratiques et sur un consensus, et nous voulons redonner vie aux institutions populaires et syndicats palestiniens et leur rendre leur vigueur, qui a été prise en otage par l’ONG-isation de la société palestinienne et du mouvement national palestinien. On peut lire nombre de rapports prétendant qu’il existe actuellement des tentatives de liquider même le CNP et de créer ce qui s’appellera le « Parlement palestinien ». C’est se contenter de reproduire la même crise une fois de plus, sous des noms et des intitulés différents. Mais, naturellement, c’est particulièrement dangereux parce que cela limite la participation palestinienne à certaines régions de la Cisjordanie et que cela exclut les Palestiniens de Gaza, de Jérusalem ou de la Palestine de 1948, sans parler en plus des Palestiniens en exil et ceux de la diaspora, autrement dit, la majorité du peuple palestinien. Ceci est un reflet des priorités et du rôle réel de la classe capitaliste palestinienne. Nous voyons également que le rôle des capitalistes palestiniens prend de plus en plus d’importance quand il s’agit de ramasser les « miettes » des projets de normalisation, tel le projet hydraulique Mer Rouge – Mer Morte entre la Jordanie et Israël. En d’autres termes, sous un nom différent, il s’agit du même jeu – sauf que celui-ci est encore plus dangereux.

Vers la libération de la Palestine et l’instauration d’une société démocratique

Comment évaluez-vous les relations du Front avec les autres forces politiques palestiniennes ?

Barakat. Le Front évalue ses relations avec les forces palestiniennes en fonction de leur attachement à la voie du retour et de la libération, ainsi qu’au respect inconditionnel des droits du peuple palestinien, individuellement et collectivement, y compris la liberté de parole et les valeurs sociales et démocratiques.

Le Front est d’accord avec le tout dernier discours d’Ismail Haniyeh, le dirigeant nouvellement élu du Hamas et il a évalué ce discours de façon positive, de même qu’il a mentionné clairement les fortes relations entre le Hamas et le FPLP. Mais nous savons que ceci concerne la vision politique défendant le maintien des droits nationaux palestiniens et la lutte armée en tant qu’important dénominateur commun entre les deux partis. Le Front a exprimé ses critiques à l’égard de certaines positions du Hamas, dont l’acceptation par ce dernier d’un État palestinien dans les frontières de 1967. Nous pensons que cette position est désormais dans une impasse et il semble même, comme nous disons en Palestine, « qu’elle fait route vers La Mecque alors que les gens sont déjà de retour du hajj (pèlerinage, NdT) ».

9e anniversaire de la fondation du Front populaire de libération de la Palestine, 11-12-1967.

En outre, le Front émet des réserves sur certaines des décisions politiques du Hamas concernant son alliance avec le Qatar et la Turquie. Le Front entretient une discussion ouverte avec le Hamas à propos de ces réserves, ainsi qu’à propos du rejet par le Front de toute forme d’oppression à l’encontre de notre peuple à Gaza, qu’il s’agisse d’oppression sociale ou d’oppression politique. Des résultats positifs sont sortis de ces dialogues. Nous considérons également que la priorité du soutien financier devrait aller aux classes pauvres de Gaza et renforcer les secteurs productifs qui ont permis à Gaza de tenir bon jusqu’à présent. Par ces secteurs, j’entends les agriculteurs, les pêcheurs et les travailleurs. Ces trois secteurs doivent constituer la priorité d’une « bonne gouvernance ». Nous voulons que l’argent de la « zakat » (aumône) aille à ces gens et non au secteur privé.

Le Hamas a lui aussi ses propres réserves sur certaines positions du Front – particulièrement sur la question de l’OLP – et il perçoit certaines de ces positions comme « déloyales ». De même, sur les questions du Yémen et de la Syrie, il existe un désaccord. Nous croyons que nous devons adopter une position forte vis-à-vis de l’agression des États-Unis et des Saoudiens contre le Yémen, alors que le Hamas ne dit mot à ce propos.

Quant aux relations avec le mouvement du Fatah, elles en sont absolument à leur point le plus bas. Le Fatah a manqué à ses responsabilités envers l’unification du peuple palestinien. Il s’est lui-même érigé en incubateur et défenseur du programme de Mahmoud Abbas. Nous comprenons que le Fatah soit le parti de l’Autorité en Cisjordanie et qu’il tire directement profit de l’Autorité palestinienne en fonction de ses propres intérêts directs, mais nous ne pouvons accepter la domination d’un groupe sur toutes les institutions, organisations, fondations palestiniennes, ni sur la gouvernance et la représentation du peuple palestinien. Plus important encore, la crise que connaît le Fatah se répercute aujourd’hui sur la totalité du mouvement national palestinien. Il y a tellement de forces différentes aujourd’hui au sein du Fatah et toutes, cependant, prétendent être « LA voix du Fatah ». Parfois, nous ne savons même pas avec qui parler, ni ne savons qui représente réellement le Fatah. Nos relations au sein de l’OLP ont généralement été conflictuelles. La camarade Khalida Jarrar, aujourd’hui en prison en Israël, s’est heurtée au président de l’Autorité quelques semaines à peine avant d’être arrêtée par les forces d’occupation et jetée en prison. Sur ce qui est arrivé à Khalida, nous n’avons rien appris de la bouche même du Fatah, rien, hormis un silence total. Il en va de même pour Omar Shehadeh, qui a été interpellé de la même façon par le président de l’AP. Quant aux relations du Front avec le Djihad islamique et les autres forces politiques palestiniennes, elles sont en général solides et positives.

Comment le Front perçoit-il le rôle des Palestiniens de la diaspora, aujourd’hui ?

Barakat. Aujourd’hui, le mouvement palestinien de la diaspora a la responsabilité historique de remettre notre peuple sur la voie du retour et de la libération. Les Palestiniens de la diaspora disposent de tant de forces, de pouvoir, de possibilités et de potentiel mais, malheureusement, tout ce potentiel n’est ni exprimé ni libéré au maximum de ses capacités. Ce ne sera possible que par le biais de la participation. Il n’y a pas de formule magique pour que les Palestiniens en exil lancent leur révolution une fois de plus. C’est le seul choix, en fait, pour que les Palestiniens restent unis et qu’ils maintiennent leur attention concentrée sur leur but principal et ce, où qu’ils se trouvent géographiquement. Leurs regards, leurs armes et leur attention sont tous concentrés sur la Palestine. Cela signifie que nous allons devoir reconstruire nos associations et organisations populaires, même à partir de zéro, de rien, dans certaines régions.

Et nous devons croire dans la jeune génération et dans le potentiel extraordinaire des femmes palestiniennes capables de diriger le mouvement en compagnie de tous ceux qui croient toujours en leurs principes et s’y cramponnent avec fermeté, de même qu’à leur vision et à leurs objectifs que sont le retour et la libération. Il y a eu quantités de changements politiques, sociaux et économiques vécus par les Palestiniens de la diaspora. La guerre en Syrie, les offensives et le siège contre Gaza, les conditions sociales et économiques pénibles des Palestiniens au Liban ont poussé une fois de plus les Palestiniens à la migration forcée et à la déportation. Et nous voyons que de nombreux Palestiniens choisissent l’Europe comme destination, et plus particulièrement l’Allemagne. La tâches des Palestiniens en Europe aujourd’hui consiste à jouer un rôle stratégique en s’opposant au mouvement sioniste en Europe et en soutenant les Palestiniens vivant dans des camps de réfugiés, où ils subissent la pauvreté et la marginalisation, et ce combat stratégique inclut la lutte contre le racisme dans les pays européens mêmes.

Faire progresser la révolution – Par les armes et par la pensée – Dans la quête de la libération et du socialisme

De même, nous devons ouvrir le plus largement possible les portes à la participation de notre peuple en Jordanie. Nous ne pouvons oublier le fait que des millions de Palestiniens vivent dans ce pays et qu’ils ne sont qu’à une heure de route de la Palestine. Ces Palestiniens ont le droit d’exprimer leur fierté à propos de leur identité, de leur participation à leur propre cause nationale, et à la lutte aux côtés du mouvement national jordanien pour la démocratie et pour la libération de la Palestine.

Il y a également les tâches concernant notre peuple au Liban. C’est un fait bien établi que les Palestiniens des camps de réfugiés au Liban vivent dans des conditions particulièrement extrêmes et pénibles. Leurs camps sont assiégés, dans certains cas ; ce sont des exclus, ils sont marginalisés. Il y a un profond sentiment d’isolement parmi les Palestiniens au Liban et, fait plus important, ils sont confrontés aux lois injustes et racistes du gouvernement libanais qui interdisent aux Palestiniens d’exercer plus de 70 professions.

Nous comprenons que chaque contingent palestinien vit dans des conditions différentes et est confronté à des problèmes spécifiques. Mais tous sont concernés par la voie de la lutte palestinienne pour les droits nationaux, les droits de l’homme et les droits civils. Nous savons que les gens de notre peuple qui vivent aujourd’hui aux États-Unis, au Canada, ainsi que nos jeunes générations impliquées dans cette lutte, que ce soit dans les universités, dans le mouvement anti-apartheid ou dans le mouvement BDS, nous savons qu’ils mènent tous un combat qui portera ses fruits. Ces luttes qui ont lieu actuellement peuvent parfois susciter l’impression que l’on s’époumone dans le désert. Mais ce sont des luttes qui permettent d’accumuler de l’expérience et qui se traduisent également par des gains.

1er juin – Journée de l’enfant – Enfant du soulèvemente, l’avenir t’appartient.

Chacune de ces contingences populaires palestiniennes peut renforcer leurs relations avec les mouvements en compagnie desquels elles luttent au sein de leurs communautés. Ainsi, en Amérique du Nord, nous devons renforcer nos relations avec le mouvement de libération des noirs, avec les peuples indigènes et natifs en lutte, avec les mouvements des pauvres et de la classe ouvrière, avec la lutte antiraciste, anti-impérialiste et anticapitaliste. Au Liban, nous devons renforcer nos relations avec le mouvement communiste, le mouvement progressiste et la résistance. En Europe, nous devons renforcer nos relations avec toutes les communautés arabes, y compris les communautés marocaines, syriennes, algériennes et toutes les communautés opprimées, dans leurs luttes visant à surmonter l’austérité et le racisme. En Amérique latine, nous devons participer aux luttes contre l’impérialisme américain et rallier les classes populaires dans leur combat contre les formes nouvelles d’agression et d’exploitation. Nous devons combattre ensemble et, surtout, nous devons le faire en nous appuyant sur une perspective de responsabilité et en participant pleinement, c’est-à-dire en tant que partenaires véritables et à part entière, à ces mouvements.

L’une des caractéristiques des Palestiniens de la diaspora, c’est qu’ils disposent généralement de plus de liberté de mouvement, en comparaison avec notre peuple sous occupation. Le deuxième avantage, c’est qu’ils communiquent avec le monde dans autant de langues qu’il n’y en a dans le monde. Un troisième avantage, c’est qu’un grand nombre de Palestiniens sont devenus partie intégrante de la société au sein de laquelle ils vivent désormais et qu’ils y jouent un rôle majeur. Le Chili est un bel exemple de ces pays où notre peuple peut jouer un rôle progressiste, non seulement au profit de la Palestine, mais aussi des pays où ils vivent aujourd’hui.

Pourquoi n’assiste-t-on pas à une escalade palestinienne de la lutte armée, de nos jours ?

Barakat. En guise de réponse honnête, disons qu’il s’agit d’une représentation de la crise de la résistance. Disons-le carrément, les organisations palestiniennes n’en font pas assez. Nous voyons des éléments positifs, particulièrement à Gaza dans l’accumulation de la force qu’on y trouve, mais la lutte armée est en fait un droit du peuple palestinien tout entier et je ne doute pas que, dans un futur proche, aussi bien que dans le long terme, nous verrons les Palestiniens passer de la défensive à l’offensive.

La voie de la lutte armée est la voie d’une Palestine libérée

Mais cela requiert de nombreuses décisions politiques et des décisions autres que militaires. Vous avez beau posséder des armes, mais si vous n’êtes pas animé d’une volonté politique, ces armes sont inutiles. Si vous n’avez pas des vues politiques claires, ces armes sont dangereuses. Si vous empruntez une voie différente, ces armes peuvent être utilisées contre notre peuple, comme vous pouvez le voir dans le cas des agences de sécurité mises en place sous les accords d’Oslo. La transformation de l’individu palestinien armé de fedayine en policier constitue un danger.

Mais nous devons également concevoir la lutte armée comme un moyen de lutte créatif et non comme quelque chose que l’on fait simplement pour faire valoir des arguments, même si, parfois, il est important de le faire en combattant un pouvoir colonial plus grand, plus fort et bien armé. Mais ce doit être une lutte avec un but politique et elle doit être menée par des combattants bien informés et éduqués au sein du mouvement. Et elle doit être connectée aux conditions des Palestiniens dans chaque stade de leur mouvement. Ce doit également être une lutte menée à toutes les frontières avec la Palestine, aux frontières jordanienne, syrienne et libanaise aussi bien qu’à l’intérieur même de la Palestine. Ce sont des questions très importantes mais, jusqu’à présent, il n’existe pas d’arène ou de forum palestinien véritable pour discuter de telles questions ou pour les définir. Et ceci, c’est un autre symptôme de la crise de la résistance palestinienne.

 

Traduction: http://www.pourlapalestine.be/la-politique-des-etats-unis-et-la-crise-de-la-resistance-palestinienne/

Version originale: http://pflp.ps/english/2017/08/07/barakat-united-states-policy-and-the-crisis-of-the-palestinian-resistance/

A propos des interventions impérialistes en Syrie et au Kurdistan

Nous publions cette analyse de l’organisation OCML VP parce qu’elle reflète les préoccupations des révolutionnaires et activistes de la cause palestinienne dans notre région du monde

 

 

On aurait pu croire qu’une crise de l’envergure de celle en cours en Syrie et en Irak aurait provoqué une intervention militaire terrestre impérialiste massive. Or, le gouvernement Obama s’y est refusé. Sur la base de leur échec en Irak, les Américains ont fait le constat qu’il ne suffisait pas d’envahir un pays pour régler ce genre de problème, mais qu’il fallait être capable d’y installer et maintenir un gouvernement stable. C’est ce qu’on entend appeler « Doctrine Obama » dans les médias.

Les impérialistes n’ont pas (ré-)envahit la Syrie et l’Irak massivement parce qu’ils sont conscients, malgré leur force militaire, de leur faiblesse politique. Il s’y rajoute le fait qu’une invasion de ces deux pays entraînerait des réactions de la Russie et de l’Iran. Les USA n’ont pas la volonté de se lancer dans des occupations militaires et des affrontements diplomatiques coûteux. Quant à la France, elle ne peut de toute façon pas avoir des ambitions à cette mesure. Elle n’est pas en mesure d’occuper un pays comme la Syrie ou l’Irak.

Nous disions déjà que les interventions impérialistes, militaires, économiques, diplomatiques, directes ou indirectes, en creusant la contradiction pays impérialistes/peuples dominés, créent ces situations de crise semble-t-il incontrôlables. Ces interventions ne peuvent qu’attiser ou du moins semer les graines du chaos. Nullement une volonté calculée et consciente des impérialistes, contrairement à ce que pourraient affirmer certains dans une veine complotiste, qui revient à surestimer la capacité des impérialistes à maîtriser les contradictions. Ce n’est juste qu’un résultat inévitable des interventions impérialistes. La République démocratique du Congo (ex-Zaïre), où depuis des décennies des milices sanguinaires contrôlent des régions entières du territoire, est un exemple de la perpétuation durable de ce genre de situation. C’est la manifestation de la crise de l’impérialisme. Les attentats que nous subissons ici en sont la conséquence, dont les centres impérialistes ne peuvent rester à l’écart. Il est juste de dire que ce que nous avons subi le 13 novembre à Paris ou le 14 juillet à Nice est peu de choses comparés à ce que subissent en permanence les Syriens (bombardements d’Alep) ou les Congolais.

La « Doctrine Obama » montre également que les impérialistes sont plus faibles qu’on ne le croit, qu’ils n’arrivent pas à tout maîtriser. C’est objectivement encourageant pour les opprimés et les exploités, même si les faiblesses impérialistes ne signifient pas forcément en retour un renforcement du camp du peuple.

Il est également important de combattre le pseudo « anti-impérialisme » opportuniste qui consiste à soutenir le régime fasciste d’Assad, ou les interventions militaires russes et iraniennes en Syrie, sous prétexte que toutes les alliances seraient justifiées pour s’opposer à la volonté hégémonique de la superpuissance US. Ce n’est pas parce qu’il s’oppose aux USA, à la France et à la Grande-Bretagne que le régime syrien est une force anti-impérialiste conséquente ; il est par ailleurs soutenu à bout de bras par la Russie qui est bel est bien une puissance impérialiste (concurrente des USA) qui cherche à maintenir et étendre son influence.

Sur l’alliance militaire entre les Kurdes et les Impérialistes

De nombreuses questions se posent par rapport aux liens qui existent entre le PYD, le parti dirigeant au Rojava, et ses unités armées, les YPG/YPJ [1] avec les impérialistes. VP a toujours défendu le principe général d’opposition à toute intervention impérialiste, directe ou indirecte, dans les pays dominés.

Actuellement, les YPG/YPJ sont en alliance militaire ouverte avec une coalition impérialiste en Syrie [2]. Cette alliance s’est constituée au moment du siège de Kobanê. A ce moment là, sans l’intervention aérienne massive des puissances occidentales en faveur des forces Kurdes assiégées, il est probable que le Rojava aurait été écrasé par Daesh. Par ailleurs, les Impérialistes ont constaté que les YPG étaient la seule force sur place conséquente pour combattre Daesh. Leurs tentatives de mettre sur pieds des unités télécommandées de l’Armée Syrienne Libre se sont soldées globalement par des échecs.

La politique impérialiste face à Daesh se fait à l’heure actuelle à courte vue. Aujourd’hui, ils soutiennent les Kurdes comme seule force anti-Daesh efficace. En même temps, ils soutiennent la Turquie, membre de l’OTAN, qui combat les Kurdes.

D’ailleurs, l’armée turque est entrée à Rojava plus pour combattre les Kurdes que pour combattre Daesh. Malgré cela, les USA ont souhaité que la Turquie et les Kurdes de Rojava concluent une sorte d’accord pour se partager le contrôle territorial du nord de la Syrie, et ont exprimé qu’ils s’opposeraient à un Etat kurde indépendant.

Les stratégies qu’ils ont tenté de mettre en place pour constituer des forces sous leur contrôle (Armée syrienne libre, Conseil national Syrien, etc.) pour renverser Assad et détruire Daesh ont échoué. Du coup, ils sont contraints de négocier avec le régime syrien, et de soutenir les forces qui existent déjà pour au moins contenir Daesh, mais qui ont des objectifs politiques qui ne sont pas les leurs. C’est là encore une manifestation d’une faiblesse relative de l’impérialisme. En même temps, ils doivent sûrement espérer corrompre le mouvement kurde pour lui faire abandonner son objectif initial, en faire une force clairement pro-impérialiste, sur le modèle du pseudo « Gouvernement Régional du Kurdistan » d’Irak, confié par les impérialistes à la clique de Barzani.

Les États-Unis leur ont livré des armes. Des forces spéciales occidentales (US,
Britanniques et Françaises) sont aux côtés des YPG/YPJ et peut-être même les forment. Ces forces spéciales sont également là pour coordonner les frappes aériennes occidentales avec les offensives des YPG/YPJ contre Daesh ; la Turquie s’est même plainte que les forces spéciales US portent des insignes des YPG [3]. Ces soldats impérialistes ont même construit leurs propres bases permanentes sur le territoire du Rojava, avec l’accord de son gouvernement. Tout cela est public et reconnu par les YPG/YPJ. Des articles de presse (qui s’appuient sur des affirmations du régime syrien et de l’Observatoire syrien des droits de l’homme) affirment également que les Américains ont construit ou construisent une base aérienne dans le nord-est de Rojava. Il ne s’agit cependant pas de sources fiables. Et les YPG l’ont démenti [4].

Le soutien au Bataillon International de Libération au Rojava

La position de VP, c’est de soutenir le mouvement d’émancipation des peuples, notamment du peuple kurde, mais sans esquiver les débats. D’un côté, certains vont prendre prétexte de cette alliance pour jeter le bébé avec l’eau du bain, dénigrer la lutte du peuple kurde, lui refuser son droit à l’autodétermination. De l’autre, certains vont dire que puisqu’il faut soutenir le peuple kurde, il ne faut émettre aucune critique vis à vis des organisations qui dirigent sa lutte.

Comme pour la lutte du peuple palestinien, la distinction est claire entre le soutien de principe à la lutte de libération du peuple kurde, la distinction dans le soutien entre les différentes forces qui y participent. Notre soutien actif va d’abord aux organisations communistes et révolutionnaires de Turquie et du Kurdistan, comme le TKP/ML ou le MLKP [5].

Le soutien au mouvement de libération national kurde doit être d’abord un soutien politique aux forces révolutionnaires et non pas principalement humanitaire.
L’humanitaire est une nécessité, dans la mesure où il permet de faire vivre la solidarité internationale, mais il doit être dirigé par le point de vue politique. Ce soutien n’exclut pas la critique franche et honnête à l’encontre des organisations kurdes lorsque nous avons des désaccords avec elles. C’est ce que fait l’OCML VP en ayant rejoint une campagne de soutien au Bataillon International de Libération – IFB – au Rojava à l’initiative du Secours Rouge International [6]. Ce Bataillon fondé en juin 2015 est composé de révolutionnaires étrangers, anarchistes et communistes, qui se battent aux côtés des Kurdes du Rojava [7]. Le Bataillon combat sous commandement militaire des YPG/YPJ.

C’est exactement le contraire que fait l’ICOR via sa campagne de « Brigade Internationale pour Kobané » [8]. En effet elle mène une campagne politique de soutien au peuple kurde sans aucune critique à l’égard de la direction du PYD, ce qui la mène de fait à une campagne humanitaire lisse et apolitique (projet de construction d’un hôpital).

Le Bataillon International de Libération, et ses différentes composantes a une expression politique autonome. Dans ses déclarations, il a clairement dénoncé l’impérialisme [9] et une de ses brigades a remis en cause le soutien militaire des USA [10]. Par ailleurs, certaines forces de ce Bataillon, comme le TKP/ML [11], ont mis en garde sur le risque de cette alliance.

Si l’OCML VP a rejoint cette campagne en janvier 2016, c’est que nous considérions à la fois qu’elle portait un contenu anti-impérialiste et révolutionnaire clair sur la situation régionale tout en soutenant, y compris concrètement, les forces révolutionnaires actives dans le conflit. Depuis, nous avons organisé et participé à différents événements [12], récolté des milliers d’euros, diffusé les prises de positions en français du Bataillon International [13] etc.

C’est une manière concrète de discuter de la situation au Moyen-Orient avec les gens autour de nous, de montrer qu’il existe des forces progressistes et révolutionnaires, de convaincre que, même si cela se passe à plusieurs milliers de kilomètres de chez nous, nous ne sommes pas impuissants : c’est une manière de combattre l’abattement et la résignation. D’ailleurs, cette campagne est un succès et a permis de récolter plusieurs dizaines de milliers d’euros en Europe, d’acheminer des centaines de pansements hémostatiques et de faire largement connaître le Bataillon International.
Et puis pour avoir la légitimité de porter la critique et d’affirmer un point de vue, il ne suffit pas d’être spectateur, il faut être dans la lutte. A notre échelle, c’est ce à quoi nous travaillons.

Peut-on « s’allier avec le diable » ?

Il y a donc une contradiction à être à la fois « en général » opposé aux interventions impérialistes, et à admettre la nécessité d’une alliance à certains moments. Ce qui détermine l’aspect principal, c’est évidemment la situation concrète, le rapport de force entre les uns et les autres, jusqu’à quel point les forces progressistes peuvent compter sur leurs propres forces sans avoir besoin de nouer ce type d’alliances.

Toute alliance militaire avec l’impérialisme représente un gros risque. Car l’impérialisme a des objectifs fondamentalement opposés à ceux de l’émancipation des peuples et espère que son alliance avec le Rojava lui permettra d’assurer une présence permanente en Syrie. Car l’impérialisme est le responsable de la situation générale du Moyen-Orient. La contradiction avec l’impérialisme reste, historiquement, la contradiction principale pour les peuples de la région, et l’alliance actuelle ne peut être que tactique et temporaire.

On voit déjà que les tactiques militaires impérialistes brutales sont complètement à l’inverse de la tactique militaire des Communistes. Ainsi, les frappes aériennes occidentales en soutien aux Forces Démocratiques Syriennes ont déjà commis des massacres de populations civiles. Accepter la présence de militaires impérialistes à Rojava, c’est prendre un risque, leur laisser prendre leurs marques, faire de l’espionnage, tenter de se rallier certaines forces. Et il est certain qu’ils le font. A un moment donné, ce sera l’heure de vérité. Le PYD devra choisir entre l’alliance avec l’impérialisme et la poursuite des droits nationaux et démocratiques du peuple kurde. Les impérialistes, avec les USA à leur tête, ne cachent d’ailleurs pas qu’ils n’en veulent pas le moins du monde. Ils l’ont d’ailleurs prouvé maintes fois par le passé [14].

Il est excessif d’affirmer que les YPG/YPJ combattent « sous direction impérialiste ». Des hauts dirigeants du PKK et du PYD [15], comme Rıza Altun [16], Cemil Bayık [17] ou Saleh Muslim [18] ont publiquement exprimé que les puissances impérialistes intervenaient avant tout pour leurs propres intérêts et pas dans ceux des peuples, que leurs engagements ne sont pas fiables, etc.

Cependant, il ne suffit pas que la direction du mouvement kurde exprime publiquement sa méfiance vis à vis des impérialistes. Deux choses sont par ailleurs indispensables : Premièrement, quelles sont les limites posées à la pénétration effective des forces impérialistes en Syrie ?

Ensuite, dans quelle mesure les masses sont-elles éduquées dans un état d’esprit anti-impérialiste ?

Déjà, on peut s’inquiéter du fait qu’il ne semble pas y avoir de conditions claires posées par le gouvernement du Rojava à l’implication toujours plus poussées des forces impérialistes. Les forces kurdes ont d’abord accepté un soutien aérien, puis de recevoir des armes, puis la présence de soldats des forces spéciales US ou françaises, puis enfin que celles-ci installent leurs propres bases et acheminent leurs propres véhicules blindés. Lorsqu’il y a eu des affrontements entre les YPG/YPS et l’Armée turque à la frontière, ce sont des soldats US qui ont parfois fait tampons entre les deux. Où est la limite entre l’aide militaire qui peut être acceptée sans mettre en péril le pouvoir démocratique et populaire, et celle qui permet aux forces impérialistes d’être en mesure, demain, de faire un coup de force ? Au Rojava même, il existe des forces foncièrement réactionnaires qui, aujourd’hui, sont obligés d’accepter la direction des forces démocratiques, comme des chefs de tribus arabes, ou une partie de la population kurde fidèle au clan Barzani, mais qui demain pourraient se ranger du côté des impérialistes lorsque ceux-ci se retourneront contre les forces démocratiques. Car cet affrontement aura nécessairement lieu si le gouvernement du Rojava maintient sa ligne démocratique.

Par ailleurs, si la direction centrale du mouvement kurde a, du moins en parole, un point de vue anti-impérialiste, ce n’est pas le cas de toutes ses structures. En Europe par exemple, celles-ci portent des mots d’ordres auxquels nous ne pouvons souscrire, car ils n’expliquent pas clairement ce qu’est l’impérialisme, c’est-à-dire au final un ennemi des peuples, et propagent des illusions sur ce que le peuple Kurde pourrait attendre par exemple du gouvernement français ou de l’Union européenne [19].

L’affrontement avec l’impérialisme est inévitable

L’alliance entre des mouvements révolutionnaires et des Etats impérialistes a parfois été justifiée. Par exemple au cours de la Seconde guerre mondiale, lorsque le Front antifasciste englobait légitimement les USA et la Grande-Bretagne. L’alliance militaire entre la résistance populaire et les armées alliées était juste, comme l’échange de renseignements, l’envoi d’armes, etc.

Le Parti communiste chinois avait alors accepté des armes et un entraînement militaire de la part d’agents américains, tout comme la présence de bases aériennes dans les bases rouges pour bombarder le Japon.
Ailleurs, les mouvements de partisans dirigés par des partis communistes en Yougoslavie, en Albanie, en Grèce, ont été suffisamment fort pour pouvoir libérer leurs pays seuls, en ayant eu besoin de très peu d’aide étrangère.

En 1944, cela était impossible en France. Il était correct que la résistance populaire dirigée par le Parti communiste s’allie tactiquement aux puissances alliées. Cependant, le PCF a fait preuve d’opportunisme en se soumettant à de Gaulle et à la direction du mouvement antifasciste (Jean Moulin), et à la Libération, de trahison en maintenant un front uni avec la bourgeoisie pour l’aider à reconstruire l’impérialisme français.

Toute alliance est envisageable du moment que les forces révolutionnaires ont une vision claire des limites de cette alliance, et qu’elles sont conscientes qu’un jour il faudra la rompre pour aller de l’avant. Cela doit être clairement exposé aux masses. Une alliance militaire avec l’impérialisme, même temporairement justifiée, n’exonère pas de mener une critique acerbe de celui-ci, de combattre les illusions à son propos, dans les rangs du mouvement mais aussi de manière ouverte. En France comme à Rojava, il faut dénoncer la duplicité des impérialistes, pointer leur responsabilité dans la situation. Il faut pointer les contradictions de la politique impérialiste, qui montre qu’au final il ne fait que défendre sa main-mise sur la région, et non pas les droits des peuples. Exposer son soutien à des forces réactionnaires intégristes [20] tout en prétendant combattre Daesh, sa duplicité par rapport au régime d’El-Assad, son soutien au régime turc… Il faut aider les masses à comprendre ce qu’est l’impérialisme et à le combattre.

Il faut également coûte que coûte préserver l’indépendance politique et organisationnelle du mouvement révolutionnaire, ne pas se placer dans une situation de dépendance, de quelque sorte que ce soit, vis-à-vis de ces impérialistes. Malgré l’alliance, il est vital de conserver une indépendance militaire et politique, de conserver ses secrets. Les opprimés et exploités doivent en profiter pour faire progresser et consolider leurs organisations. Il faut avant tout compter sur ses propres forces, c’est une règle d’or du mouvement révolutionnaire. Le gouvernement du Rojava est le représentant du peuple kurde en Syrie. Son programme démocratique et antifasciste en fait l’expérience politique la plus progressiste au Moyen-Orient, ce qui contrecarre objectivement les visées impérialistes. Dans des sociétés marquées par le féodalisme, le patriarcat et les régimes fascistes c’est une lueur d’espoir. Cependant, nous devons rester vigilant par rapport à l’évolution des contradictions politiques, des alliances, et aux ingérences des forces impérialistes, qui cherchent à tout instant à corrompre les forces nationales et démocratiques.

L’OCML VP continuera à soutenir la résistance légitime du peuple kurde. Cela passe par dénoncer les impérialistes, en premier lieu l’impérialisme français, comme les ennemis des peuples de la région. Mais aussi en soutenant, les forces révolutionnaires sur place, qui défendent un projet politique porteur de libération nationale et sociale [21].

OCML Voie Prolétarienne, août 2017

In italiano : ICI
In english : ICI

[1] YPG : Unités de Protection du Peuple. Branche armée. YPJ : Unités de Protection des Femmes. Branche armée des femmes.

[2] https://www.theguardian.com/world/2014/oct/20/us-drops-weapons-to-kurds-in-syria

[3] https://www.youtube.com/watch?v=wYaBW9e80TQ

[4] http://www.kurdistan24.net/en/news/e8920a6c-e4fe-4023-a4b2-aeffa59c2ae1/U-S–airbase-in-Syriadespite-Kurds-denial

[5] TKP/ ML : Parti Communiste de Turquie Marxiste-Léniniste. MLKP : Parti Communiste Marxiste-Léniniste

[6] Campagne qui se donne comme objectif notamment d’acheter des pansements hémostatiques qui permettent d’arrêter les hémorragies causées par les plaies par balles sur le front. Plus d’infos ici : http://www.rojava.xyz

[7] Et en particulier le TKP/ML et le MLKP.

[8] Coordination Internationale des Partis et Organisations Révolutionnaires. Regroupement international auquel nous avons refusé d’adhérer, voir ici : http://ocml-vp.org/article1375.html
Plus d’infos sur cette campagne : https://www.youtube.com/watch?v=6Pkx2mgQqFg

[9] Voir la vidéo de la déclaration de fondation en juin 2015 de ce bataillon : https://www.youtube.com/watch?v=NeqOHDy93fY

[10] https://twitter.com/bobcrowbrigade/status/776434881123405824

[11] Nous avons interviewé un combattant du TKP/ML TIKKO dans Partisan Magazine qui précise ses critiques sur cette question : http://www.ocml-vp.org/article1796.html

[12] Par exemple, nous avons organisé un meeting/concert « Kurdistan : féminisme et résistance » en février 2016 à Toulouse dans la cadre de cette campagne qui a rassemblé plus de 200 personnes. Voir ici : http://ocml-vp.org/article1579.html

[13] https://www.youtube.com/playlist?list=PLiZhBiuZ6XviEBZFeZ5kuaLMkhBprEno7

[14] Notamment par leur soutien stratégique avec la Turquie, membre de l’OTAN.

[15] Parti d’Union Démocratique, mouvement qui dirige de facto la Région autonome du Rojava.

[16] Fondateur du PKK et Porte-parole du Conseil Exécutif du Koma Civaken Kurdistan (KCK), regroupement international des différentes organisations dirigées par le PKK.

[17] Fondateur du PKK, président du KCK.

[18] Coprésident du PYD

[19] Par exemple ici : http://www.akb.bzh/spip.php?article1035

[20] Par exemple, lors de la « Conférence de paix » de Genève en janvier 2016, les impérialistes avaient refusé l’entrée au PYD mais avaient invité l’Arabie Saoudite qui représentait le Front Al-Nosra (anciennement membre d’Al Qaïda). Voir ici : http://www.secoursrouge.org/Syrie-Le-PYD-refuse-par-l-ONU-les-USA-et-la-Turquie-a-la-conference-de-Geneve

[21] C’est le cas à travers la campagne de soutien au Bataillon International de Libération. Par ailleurs, nous ne soutenons pas l’idéologie du Confédéralisme démocratique adoptée par le PYD. Vous pouvez retrouver notre critique ici : http://ocml-vp.org/article1637.html

 

Source: http://ocml-vp.org/article1816.html