FRANCE: Comrade Théo Releases Letter, Enters Third Week of Hunger Strike — Incendiary

Cette lettre publique du camarade Théo (militant communiste, travailleur et prisonnier politique en grève de la faim depuis le 22 juillet) a été traduite en anglais de la version française partagée par Jeunes Révolutionnaires et porte la date du 31/07/2019. Les camarades peuvent faire un don à la caisse légale du camarade Théo ici.

 

Photo: Graffiti from the Languedoc. This public letter from Comrade Théo (a Communist militant, worker, and political prisoner who has been on hunger strike since July 22) was translated from the French version shared by Jeunes Révolutionnaires (Young Revolutionaries) and is dated 7/31/2019. Comrades can donate to Comrade Théo’s legal fund here. Graffiti from Quartier Rouge in […]

via FRANCE: Comrade Théo Releases Letter, Enters Third Week of Hunger Strike — Incendiary

Publicités

Déclaration de Georges Ibrahim Abdallah – 21 octobre 2018

 

Cher«e»s Camarades, Cher«e»s ami«e»s,

À l’aube de cette 35e année de captivité, certainement, vous n’êtes pas sans savoir quelle force et quel enthousiasme votre rassemblement, aujourd’hui, m’apporte ici dans ces sinistres lieux. Je dois vous dire Camarades, que votre présence en ces moments face à ces abominables murs et autres miradors touche aussi la plupart de mes codétenus, et leur fait chaud au cœur. Voyez-vous, l’ambiance, toute l’ambiance change dans ces sinistres lieux quand l’écho de la vie agissante vient percuter la platitude sans nom de la quotidienneté carcérale mortifère… Ainsi, tout près de nos cellules, la résonance de votre présence suscite beaucoup d’émotion et autant d’animation et pas mal de discussions…

Comme vous voyez Camarades, par-delà ces barbelés et ces miradors qui nous séparent physiquement, nous voici toujours ensemble, résolument debout, face à cette nouvelle année de captivité qui s’annonce aussi pleine de luttes et d’espoirs.

Vous savez, des années, de très longues années derrière ces abominables murs, ce n’est pas vraiment si simple à affronter au quotidien ; c’est humainement presque insupportable. Il n’en demeure pas moins camarades, grâce à la solidité de votre engagement, c’est toujours ici la même émotion et surtout la même détermination en écho à votre mobilisation solidaire. 

Bien entendu Camarades, si l’on tient debout tout au long de ce parcours dans les conditions de détention qui sont les nôtres, c’est aussi, faut-il le souligner, grâce à ces diverses initiatives solidaires que vous avez su développer un peu partout tout au long de ces années. 

Il est inimaginable Camarades, d’envisager de pouvoir affronter durant des années la politique d’anéantissement dont font l’objet les protagonistes révolutionnaires incarcérés, sans la mobilisation solidaire assumée tout particulièrement sur le terrain de la lutte anticapitaliste / anti-impérialiste. C’est justement sur le terrain de cette lutte que l’on peut, et que l’on doit, apporter le soutien le plus significatif à nos camarades embastillés et fortifier ainsi leur résistance.C’est toujours ensemble, dans la diversité de l’expression solidaire, que l’on peut et l’on doit faire avancer la mobilisation en assumant toujours plus le terrain de la lutte réellement en cours. C’est certainement dans la dynamique globale de la lutte en cours, que toute initiative solidaire permet aux camarades incarcérés de transcender leurs conditions de détention et de s’inscrire effectivement dans le mouvement en tant que protagonistes révolutionnaires opérant dans les conditions spéciales qui sont les leurs.

Ceci dit Camarades, nous sommes tous censés savoir que de nos jours, dénoncer la politique d’anéantissement dont font l’objet les protagonistes révolutionnaires incarcérés,  démasquer  « l’acharnement judiciaire » et tout ce qui ressemble plutôt à « une vengeance d’État » ne sera d’une quelconque efficacité quant à la libération de nos camarades, que dans la mesure où l’on arrive à inscrire cette démarche dans le processus global de la lutte en cours, en vue d’un changement de rapport de forces. C’est toujours en fonction de cette approche que l’on peut mesurer l’efficacité de telle ou telle démarche. 

Camarades, pas besoin d’être expert pour constater les contours de cette crise qui secoue les piliers du système, et ne cesse de s’aggraver, jetant dans la misère des millions d’hommes et de femmes. 

D’un pays à l’autre, les mesures préconisées au service du capital sont presque toujours identiques : faire supporter aux masses populaires les frais d’entretien de leur système d’exploitation moribond. 

Force est de constater camarades, que ces mesures mêmes ne font qu’amplifier l’étendue des sinistres et accentuer encore plus la dynamique de la crise.

Force est de constater Camarades, que les contradictions inter-impérialistes commencent à structurer de plus en plus les relations internationales et à occuper le devant de la scène mondiale. Personne n’est censé ignorer que la tendance à la guerre s’est toujours nourrie de la dynamique propre du capitalisme ; elle est inscrite en quelque sorte, dans le code génétique du capital.

Force est de constater camarades, que le budget de la défense dans les divers pays impérialistes ne cesse de grimper. 

Force est de constater camarades, que la peste brune se manifeste bruyamment et sans fard, s’organise un peu partout en Europe et arrive même à s’imposer principale force politique dans certains pays.

Personne n’est censé ignorer que la convergence des luttes est plus qu’indispensable pour aller de l’avant dans la construction de l’alternative révolutionnaire appropriée. 

Le bloc historique des travailleurs se construit et se structure dans la dynamique globale de la lutte dans toutes ses composantes. Ce n’est qu’à travers cette dynamique globale, que la lutte de classe rend manifeste les potentialités politiques du mouvement en cours, poussant les masses des prolétaires agissant à s’approprier son expression politique consciente. En s’appropriant l’expression politique consciente de leurs intérêts de classe, les masses des prolétaires se redécouvrent en tant que sujet de leur histoire et de l’histoire tout court. Ce n’est que dans ce processus de l’agir ensemble que les divers protagonistes de la lutte révolutionnaire ici et ailleurs de par le monde arrivent à construire l’alternative appropriée et à mettre un terme à l’agonie du capitalisme moribond dans sa phase de putréfaction avancée… à savoir l’agonie du capitalisme réellement existant.

Ce n’est qu’ensemble, et seulement ensemble que les prolétaires et les diverses composantes des masses populaires de ce pays, peuvent endiguer et conjurer la montée en puissance de tous les processus de fascisation en cours…

Encourageons, toujours plus Camarades, les divers processus de convergence des luttes aussi bien au niveau local qu’au niveau régional et à plus forte raison au niveau international.

La bourgeoisie arabe dans sa plus grande majorité a choisi son camp sans fard… La Palestine au quotidien nous donne à nous tous des leçons d’abnégation et de courage d’une exceptionnelle portée. Plus que jamais les masses populaires palestiniennes, en dépit de toutes les traîtrises de la bourgeoisie, assument leur rôle de véritable garant de la défense des intérêts du peuple. 

Bien entendu il y a toujours des critiques légitimes et il y en aura toujours. Seulement face à l’occupation et à la barbarie de l’occupant, la première réponse légitime que l’on doit afficher avant tout autre chose est la solidarité, toute la solidarité avec celles et ceux qui, par leur sang, font face à la soldatesque de l’occupation.

Les conditions de détention dans les geôles sionistes ne cessent d’empirer de jour en jour. Et comme vous le savez Camarades, pour y faire face la solidarité internationale s’avère une arme indispensable… 

Tout naturellement les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires peuvent toujours compter sur votre mobilisation et votre solidarité active. C’est une belle occasion pour dire aux criminels sionistes que le peuple palestinien n’est pas seul.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Résistance ! 

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce, aux Philippines et ailleurs de par le monde ! 

La solidarité toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !  

La solidarité toute la solidarité avec les prolétaires en lutte !

La solidarité toute la solidarité avec le peuple Kanake !

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte ! 

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes ! 

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions ! 

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons ! 

À vous tous Camarades et ami«e»s mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires. 

Votre camarade Georges Abdallah

 

Source: http://liberonsgeorges.samizdat.net/ses-declarations/declaration-de-georges-abdallah-21-octobre-2018/

Oppose the Counterfeit! Antifascism Must Take On a Paramilitary Character!

Drown fascism in a sea of resistance!

Our color is red, the flag of our people is red!

Oppose hollow the imitations represented by the Black Guards!

Antifascism is a question of forming paramilitary units!

Red Guards Austin

blackguardsfakers Black Guards/ASC dressing up as inverted Red Guards

An analysis of the events on August 18th

The March Against Far Left Violence and its counter-demonstration organized by the weak and poorly disciplined ATX-Resistance Action stand as a prominent example of how not to organize. Our organization and its supporters (largely outnumbering them) boycotted the counter-demonstration on the basis of political principle, so it comes as no surprise to us that the numbers of the left and liberal alliance were sub-par.

Even holding our position to sit this one out as a matter of principle, we have eyes and ears everywhere so we feel it appropriate to issue the following analysis and make a  public call to get organized in a more meaningful, and effective way.

First and foremost we must recognize that not everyone in attendance of the left-liberal rally is a class enemy, anti-communist or reactionary, there were certainly…

Voir l’article original 2 706 mots de plus

Montréal-Nord, 10 ans après la mort de Fredy Villanueva

 

Une décennie après la mort de Fredy Villanueva et les émeutes qui ont suivi, l’arrondissement de Montréal-Nord, dans le nord-est de la métropole, poursuit sa lente transformation pour lutter contre les inégalités sociales et économiques qui ont alimenté les tensions pendant des décennies.

En effet, 10 ans après l’émeute du 10 août 2008, les obstacles sociaux et économiques demeurent légion dans cet arrondissement du nord-est de l’île de Montréal.

Le taux de chômage y est régulièrement de trois à cinq points de pourcentage supérieur à la moyenne de la métropole : en 2016, ce taux atteignait 12,4 % dans l’arrondissement, comparativement à 9,5 % pour l’ensemble de Montréal.

Des données tirées du recensement de 2016 indiquent également que seulement 13 % de la population en âge de travailler de l’arrondissement gagnait plus de 50 000 dollars par année, contre 27 % pour l’ensemble de l’île.

« Bien des gens ont été surpris par les émeutes », rappelle Will Prosper, un documentariste et militant des droits civils.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1116733/societe-montreal-nord-fredy-villanueva-10-ans

Échec historique pour La Meute

« Ce groupe est reconnu pour compter un ex-grand dragon du Ku Klux Klan québécois parmi ses dirigeants, soit Michel Larocque. Le réseau CTV a embarrassé le #2 de La Meute en le questionnant à cet égard :

« Roch adamantly denies that Larocque is a member of their movement.

« [He] is not a member of La Meute. La Meute is one entity, » Roch explained. « We accept groups that are not right-wing. That’s why we accept the Storm Alliance and Independence Day. »

L’excuse de Stéphane Roch est donc un peu facile, plaidant que Larocque n’est pas directement membre de son groupe. Car il omet de dire qu’il en a déjà fait partie, ayant même un tatou de La Meute sur sa main gauche. »

xaviercamus.com

Le chef de La Meute – Sylvain « Maikan » Brouillette – avait prévu « la meilleure manif de son histoire ». Ce fut un fiasco monumental :

(1) Alors que La Meute prétend souvent avoir 60 000 membres, le chiffre exact, dans le monde réel, ressemble davantage à 150 membres… Des autobus provenaient d’aussi loin que le Saguenay. En additionnant tous leurs plus fidèles partisans, La Meute fut incapable de rassembler plus de 200 personnes, en incluant leurs alliés.es de Storm Alliance et Independance Day. Quelle honte pour M. Brouillette!

z2 Sylvain Brouillette (Comment M. Brouillette pourra-t-il continuer à mentir sur le membership réel de La Meute?)

« Nous sommes le peuple », « Nous sommes la force du nombre »… 150 personnes sur 8,2 millions de Québécois.es, come on

(2) Non seulement ça n’a pas été la plus grande marche de l’histoire de La Meute, mais ils n’ont même pas marché un seul coin de rue!

Leurs leaders annonçaient…

Voir l’article original 669 mots de plus

Les monuments de Maisonneuve et de Macdonald ont été vandalisés à Montréal

Des militants et des artistes anticoloniaux dénoncent le colonialisme ainsi que le génocide

 

 

Six photos des statues vandalisées sont disponibles ici:
– Macdonald 1: https://postimg.cc/image/thqs8208x/
– Macdonald 2: https://postimg.cc/image/9kkuzjcdd/
– de Maisonneuve 1: https://postimg.cc/image/ovunzsmgh/
– de Maisonneuve 2: https://postimg.cc/image/vz2jfhrwx/
– de Maisonneuve 3: https://postimg.cc/image/d6qoc9qhd/
– de Maisonneuve 4: https://postimg.cc/image/j8yb28c75/

Montréal le 27 juin 2018 – Nous sommes des militant.es et des artistes anticoloniaux qui avons décidé de vandaliser deux monuments qui célèbrent le colonialisme français et anglais à Montréal. Le monument de Maisonneuve qui se situe sur la Place d’Armes dans le Vieux-Port ainsi que le monument de Macdonald de la Place du Canada ont tous deux, été couverts de peinture rouge la nuit dernière. Ces monuments sont des icônes publiques qui représentent de façon impénitente le génocide des nations autochtones de l’île de la Tortue et du racisme en général.

Nous avons décidé de défigurer ces monuments dans l’intervalle de deux fêtes nationales (la Saint-Jean-Baptiste et la fête du Canada) pour marquer clairement notre rejet de toutes les formes de nationalisme-colonialiste. Nous saluons le slogan de rue des anarchistes montréalais : Ni patrie, ni état; ni Québec, ni Canada!

Nous résistons également aux groupes d’extrême-droites qu’ils soient nationalistes ou fédéralistes, francophones ou anglophones.  Nous dénonçons la présence de ces groupes qui expriment sans gêne leur nostalgie d’un passé empreint par le racisme, le génocide et la suprématie blanche. Notre vandalisme est également dirigé contre eux.

Le monument de Macdonald, érigé en 1895, célèbre directement la suprématie blanche. Le Premier Ministre John A. Macdonald était directement impliqué dans le génocide des peuples autochtones à travers différentes mesures telles que les pensionnats qui cherchaient à détruire et à éliminer les cultures des premières nations. Il était ouvertement raciste, hostile à l’endroit des migrants chinois et indiens au Canada et il faisait sans gêne la promotion d’un Canada « Aryen ». Macdonald est aussi responsable de la pendaison du métis Louis Riel.

Le monument de Maisonneuve, également érigé en 1895, commémore le colon « fondateur » de Montréal, Paul de Chomedey de Maisonneuve. Ce monument outrageant célèbre le massacre et la conversion forcée des peuples autochtones. Une des citations qui se retrouve sur le monument et qui est attribuée à Maisonneuve fait directement l’apologie de l’agression coloniale contre la Confédération Haudenosaunee : « Il est de mon honneur d’accomplir ma mission; tous les arbres de l’île de Montréal devraient-ils se changer en autant d’Iroquois. »

Ces deux statues devraient être constamment vandalisées jusqu’à temps qu’elles soient retirées de l’espace public. En tant qu’artefacts historiques, elles devraient être entreposées là où elles appartiennent soit dans les archives ou les musées. L’espace public devrait plutôt célébrer les luttes collectives pour la justice et la libération et non pas la suprématie blanche et le génocide.

— Des militant.e.s, artistes et vandal.e.s anticoloniaux-ales.

P.S. : Nous avons partagé ce communiqué et ses photos de façon sécuritaire et anonyme avec différents collectifs et organisations locales. SVP partagez largement et publiquement.

 

Abattre le capitalisme

construire la solidarité

Manif du 1er Mai de la CLAC ponctuée de nombreuses arrestations

Le rassemblement pour le 1er mai anticapitaliste de Montréal a pris du temps avant de grossir étant donné que plusieurs autres petites manifs convergeaient au Parc Lafontaine.

Après qu’une foule d’environ 400 personnes se soit réunie, les manifestant.e.s sont par la suite parti.e.s sur la rue Sherbrooke direction ouest tout en chantant tous les slogans anticapitalistes habituels.

Puis, la police anti-émeute a ensuite lancé des gaz lacrymogènes, coupé la foule en deux et s’est mise à disperser les manifestant.e.s.

Les forces de la répression suivaient les gens et elles jetaient des gaz irritants devant les manifestant.e.s qui marchaient, puis les poussaient avec des policiers en vélo.

Même les piéton.ne.s qui profitaient du Parc Lafontaine se sont fait.e.s gazer par les policiers et eux aussi se faisaient sommer de quitter les lieux.

Il y a eu plusieurs arrestations, plus une personne qui fut atteinte d’un projectile dans le cou par une arme policière alors qu’elle marchait calmement en se dispersant. Il y a eu aussi quelques personnes encerclées par des vélos et poussées à terre avec sommation de se disperser.

Plusieurs manifs anticapitalistes furent organisées à plusieurs endroits du centre-ville de Montréal, en ce 1er Mai 2018. Cette manifestation-ci fut celle organisée par la CLAC (Convergence de la lutte anticapitaliste).