Brigades Rouges : Les vingt thèses finales (8-10) − 1980

8. Les organismes révolutionnaires de masse, parce qu’ils sont la manifestation du pouvoir prolétarien, expriment une légalité en tant que telle, qui se place directement face à la « légalité démocratique ».

Dans un tel état de choses, la « défense de la légalité bourgeoise » vient à être définitivement exclue de la perspective du prolétariat métropolitain.

En d’autres termes, les organismes révolutionnaires de masse s’auto-légalisent en exerçant et en imposant leur force organisée.

Le concept de « clandestinité de masse » se pose donc en référence aux forces au moyen duquel s’exprime cette légalité prolétaire.

Si d’une part, en fait, les organismes révolutionnaires de masse doivent exister de manière clandestine, afin de se protéger des attaques de l’État et de s’assurer les meilleures conditions d’attaques, de l’autre côté ils imposent, avec leur propre offensive politico-militaire, un rapport de force et par conséquent une légalité révolutionnaire propre, forçant aussi l’ennemi à des niveaux de clandestinité proportionnels à leur force.

9. L’Organisation, dans son travail de masse à l’intérieur des organismes révolutionnaires de masse, doit éviter deux déviations toujours menaçantes, qui sont :

- la non prise en considération du caractère dynamique de ces organismes, à savoir ne pas voir que la direction de leur développement est celle définie dans la phase successive, suivant la guerre civile anti-impérialiste déployée (déviation économiste) ;

- la confusion entre la conjoncture de transition et la phase non encore mature de la guerre civile, ce qui contient une sous-évaluation des caractéristiques dominantes du Programme Politique Générale aujourd’hui (conquête des masses pour la lutte armée) et une interprétation subjective et aventuriste des actuels organismes révolutionnaires de masse comme éléments déjà opérants de l’armée rouge (déviation militariste).

10. La définition de nos tâches actuelles ne peut cependant pas être clivée par la définition des caractéristiques dominantes des phases successives, étant donné que notre conjoncture est celle d’une transition.

Dans la guerre civile anti-impérialiste, la caractéristique dominante du Programme Politique Générale sera l’anéantissement des forces politico-militaires de l’ennemi et la conquête du pouvoir politique.

La fonction dominante des organismes révolutionnaires de masse dans la phase de la guerre civile anti-impérialiste sera de ce fait celle de l’Armée Rouge.

Définir les organismes révolutionnaires de masse, dans l’actuelle conjoncture de transition, comme éléments en formation de l’armée rouge, c’est souligner le caractère dynamique de ces organismes politico-militaires du pouvoir prolétarien et la tendance objective qui caractérise le mouvement politique de la classe dans notre époque, qui est celle de la tendance à la guerre civile.

lundi 7 août

Source: http://centremlm.be/Brigades-Rouges-Les-vingt-theses-finales-8-10-%E2%88%92-1980

Un appel à la mobilisation pour stopper les fascistes et néo-nazis du Québec

En soutien à la lutte antifasciste, nous relayons ce post des antifas du Québec.

 

(Veuillez diffuser largement; si vous le pouvez, rendez vous à Québec avant 13 h ce dimanche; des autobus partiront de Montréal; veuillez réserver votre place d’ici vendredi, 13 h)

Le groupe anti-immigration La Meute, lié par certains de ses membres à des manifestants néonazis de Charlottesville (Virginie), organise une manifestation à Québec ce dimanche.

Des groupes antiracistes et antifascistes mobilisent de leur côté pour s’opposer à La Meute et aux manifestations d’extrême droite en Amérique du Nord cette fin de semaine.

Réservez votre place à bord des autobus de Montréal vers Québec (Renseignements ci-dessous). 

Le 12 août 2017 — Montréal Antifasciste, un réseau antifasciste et antiraciste local, encourage les personnes et groupes antifascistes à se mobiliser à Québec contre La Meute ce dimanche et tient à signaler au public le fait qu’au moins un membre influent de La Meute a fièrement participé aux manifestations des suprématistes blancs à Charlottesville, en Virginie, la semaine dernière.

À partir du travail de fond mené par des militant-e-s antifascistes, la présence de racistes québécois a été clairement exposée dans les médias grand public :

-> La Presse : Charlottesville : des Québécois parmi les radicaux
http://www.lapresse.ca/actualites/201708/16/01-5125207-charlottesville-des-quebecois-parmi-les-radicaux.php
-> Montréal Gazette : Fallout from Charlottesville protests comes home to Quebec
http://montrealgazette.com/news/quebec/fallout-from-chalottesville-protests-comes-home-to-quebec

Au moins un membre haut classé (depuis peu « ex-membre ») de La Meute était présent parmi les racistes d’extrême droite à Charlottesville. Ce n’est pas surprenant, puisque La Meute est effectivement un groupe anti-immigration d’extrême droite qui, malgré tous ses démentis, compte d’innombrables racistes parmi ses membres. Ici au Québec, le groupe a collaboré étroitement avec les Soldats d’Odin (un groupe fondé par des néonazis en Finlande), le regroupement anti-immigration Storm Alliance, et le Mouvement républicain du Québec, dont le « chef » (et apparemment seul et unique membre) est un fervent adepte de théories du complot antisémites concernant un supposé « génocide blanc ».

À propos du membre de La Meute aperçu à Charlottesville, selon La Presse : « Shawn Beauvais-MacDonald, membre important du groupe La Meute (…) était modérateur de la page anglophone du groupe sur Facebook. Les nouvelles recrues devaient lui envoyer une demande formelle pour rejoindre la page privée de l’organisation. »

Suite au lien clair établi dans les médias entre ce membre en vue de La Meute et des néonazis violents, La Meute a décidé de « suspendre » Beauvais-MacDonald pour essayer de soigner son image publique.

Malgré le meurtre d’une manifestante antiraciste à Charlottesville, à laquelle a participé au moins un membre de La Meute, celle-ci tente quand même de manifester à Québec ce dimanche (le lieu exact est toujours gardé secret au moment d’écrire ces lignes). Rappelons que c’est à Québec qu’il y a moins de sept mois, un homme a massacré six personnes à l’intérieur d’une mosquée, dans un climat intense de peur et d’islamophobie encouragé par des groupes comme La Meute.

La Meute s’oppose à l’arrivée de migrant-e-s (principalement haïtien-e-s) au Québec et au Canada, en souscrivant à un discours de panique raciste au sujet des migrant-e-s qui quittent le climat xénophobe prévalant dans l’Amérique de Donald Trump. Leur manifestation a lieu durant la même fin de semaine où des groupes américains d’extrême droite et de suprémacistes blancs organisent des manifestations aux États-Unis (source : www.cnn.com/2017/08/15/us/white-nationalists-protests-tally-trnd/index.html). La manifestation de La Meute s’inscrit clairement dans une résurgence des idées et organisations racistes et d’extrême droite partout en Amérique du Nord.

Nous encourageons donc fortement les antiracistes et antifascistes à se mobiliser à Québec dimanche (arrivez tôt : avant 13 h, si possible).

-> Des groupes locaux de Québec organisent une contre-manifestation; info: www.facebook.com/events/183025858906169

-> Des antifascistes de Montréal y assisteront et organisent le transport; info: www.facebook.com/events/412186305844166

Source: Montréal Antifasciste: Uni contre le racisme, le patriarcat et le colonialisme

alerta-mtl@antifa.zone

Plus de contexte :

Beauvais-Macdonald, l’« ancien » membre gradé de La Meute, a publié un statut Facebook enragé pour dénoncer l’attention médiatique qu’il reçoit actuellement. « Ces gens sont des idiots qui mettent de l’avant le discours des médias mondialistes visant à réduire au silence tous ceux qui sont à droite du centre. Si tu crois que ton sympathique fasciste est un Nazi, je suggère que tu rentres dans un four et que je sois la dernière chose à laquelle tu penses. Mais enlèves-moi de ta liste d’amis avant. »

Au sujet de Charlottesville, il a justifié de cette manière sa présence à un rassemblement truffés ne néonazis : « Le message du rassemblement était plus important que ça. C’est avant tout une manifestation de la liberté d’expression, que nous n’avons plus dans cet État orwellien, puis c’est ensuite une manifestation contre l’effacement de la civilisation occidentale, de sa déconstruction par l’université infectée par l’École de Frankfort jusqu’au retrait physique de monument historiques en passant par la culture de honte qu’on cherche à nous imposer. »

Beauvais-MacDonald n’est que la pointe de l’iceberg. La Meute elle-même est une organisation raciste qui est contente de collaborer avec des éléments plus extrêmes depuis le massacre à la mosquée de Québec en janvier dernier. Quelques jours seulement après le massacre, La Meute mettait de l’avant une ligne voulant que l’assassin était un « tireur fou », et que le vrai problème était que les meurtres seraient utilisés pour supprimer la liberté d’expression et l’activité politique au Québec. Les conséquences de ce positionnement ce sont immédiatement fait sentir, sous la forme de skinheads racistes faisant des salut hitlériens et des sympathisant de la « droite alternative » traitant les contremanifestants de « traitres à la race » lors de la manifestation organisée par la Meute contre le projet de loi 103, le 4 mars dernier. Cette tendance s’est poursuivie lors de la manifestation du 23 avril organisée par le Front patriotique du Québec et par le biais d’une collaboration de La Meute avec le Mouvement républicain du Québec. Lorsque Rémi Tremblay, du groupe ouvertement fasciste et suprémaciste la Fédération des Québécois de souche, a interviewé Sylvain Brouillette du conseil de leadership de La Meute l’été dernier, pour ensuite publier leur entretien dans le magazine français d’extrême droite Présent, la même tendance lourde qui se confirmait.

Abattre le capitalisme,

Construire la solidarité!

 

Source: http://montreal-antifasciste.info/fr/2017/08/17/le-groupe-anti-immigration-la-meute-lie-par-certains-de-ses-membres-a-des-manifestants-neonazis-de-charlottesville-virginie-organise-une-manifestation-a-quebec-ce-dimanche/ 

Female Kurdish YPJ Commander in Syria Rejects Bowing to US Demands (V.O.)

Original article in English version

TEHRAN (FNA)- Commander of the Kurdish Women’s Protection Units (YPJ) Nasrin Abdullah underlined that the Kurdish forces who are fighting against the terrorists in Syria will not act upon the US demands.

“It is true that today the US supplies weapons to our forces but this doesn’t mean that we intend to act upon the US demands,” Abdullah said on Saturday.

“Our relations with the US are limited to fighting against the ISIL and both sides have emphasized this fact,” she added.

The YPJ is an all-female military organization. It includes Kurds, Arabs, Assyrians, Circassians and foreign volunteers. It is the female equivalent of the People’s Protection Units (YPG) militia.

In relevant remarks in June, US Secretary of Defense James Mattis said that Washington will continue to provide weapons to Syrian Kurdish fighters after the battle to oust the ISIL militants from Raqqa is over.

Describing American reassurances to Turkey that the US will take back weapons given to the Syrian Kurds after the ISIL fight, Mattis said it depends on when or where the next mission is.

And he also sounded a cautionary tone when asked if all the weapons would be returned. “We’ll do what we can,” he told reporters traveling with him to Germany.

Several Turkey-Backed Militants Killed in Clashes with Kurdish Fighters in Northern Syria

TEHRAN (FNA)- The militant groups, affiliated to the Turkish Army, lost several fighters and their military hardware sustained major damage in heavy fighting with the Kurdish People’s Protection Units (YPG) in al-Shahba and Afrin regions in Northern Aleppo.

The Ankara-backed militants launched artillery attacks on the villages of Mar’anaz and al-Bilouniyeh in Shara region from their positions East of the town of Azaz.

The YPG forces opened retaliatory fire at the positions of the Turkey-back militants that caused heavy fighting between them.

According to dispatches, three Ankara-backed militants were killed and four others were injured in the clashes.

Field sources said that artillery units of the Turkish Army and its affiliated militants shelled the villages and towns of Tal Rifat, Sheikh Issa, Qarnateh, Haliseh, Hiseh, Qol Sarouj, Tal Jihan, Jal Madhiq, Tal al-Anab, al-Nayereh and Ein Daqneh in al-Shabba.

The sources added that the predominately Kurdish Syrian Democratic Forces opened heavy artillery and mortar fire at the Ankara-backed militants’ defense lines in the village of Tawis and the town of Mare’a in response to their artillery attacks, inflicting major losses on the Turkey-backed militants.

Media reports said on Friday that the Turkish army strengthened its military presence near Afrin region in Aleppo province.

According to Hawar news, the Turkish army increased the number of its military forces at borders between Afrin and Bakur region in Kurdistan in the villages of Ali Karo and Beykeh in Balbaleh region.
The Turkish army also set up two watchtowers between the villages of Ali Karo and Beykeh and gathered its forces in the region.

It also established three bases between Beykeh and the village of Jorjio in Bakur, equipping them with heavy cannons and ammunition.

YPJ Recognize, Acknowledge US-NATO Betrayal
Kurds in Iraq, Syria are Exploited by the US to Divide the Middle East
Turkish Army Reinvigorates Deployment Near Afrin
Russia Asks Kurdish Forces to Withdraw from Northern Aleppo to Block Turkey’s Attacks

 

Source: https://syria360.wordpress.com/2017/07/15/ypj-commander-in-syria-rejects-bowing-to-us-demands/

Le commandant de YPJ en Syrie rejette le passage aux exigences des États-Unis

Publié la première fois le 15 juillet 2017

 

TEHRAN (FNA) – Le commandant des unités de protection des femmes kurdes (YPJ) Nasrin Abdullah a souligné que les forces kurdes qui luttent contre les terroristes en Syrie n’agiront pas sur les demandes des États-Unis.

« Il est vrai que, aujourd’hui, les États-Unis fournissent des armes à nos forces, mais cela ne signifie pas que nous avons l’intention d’agir sur les exigences américaines », a déclaré Abdullah samedi.

« Nos relations avec les États-Unis sont limitées à la lutte contre l’ISIL et les deux parties ont souligné ce fait », at-elle ajouté.

Le YPJ est une organisation militaire entièrement féminine. Il comprend des Kurdes, des Arabes, des Assyriens, des Circassiens et des volontaires étrangers. C’est l’équivalent féminin de la milice des unités de protection du peuple (YPG).

Dans des remarques pertinentes en juin, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a déclaré que Washington continuerait à fournir des armes aux combattants kurdes syriens après la fin de la bataille pour expulser les militants ISIL de Raqqa.

Décrivant les assurances américaines en Turquie selon lesquelles les États-Unis retireront les armes aux Kurdes syriens après la lutte ISIL, Mattis a déclaré que cela dépend du moment ou de la prochaine mission.

Et il a également émis un ton de mise en garde lorsqu’on lui a demandé si toutes les armes seraient renvoyées. « Nous ferons ce que nous pouvons », at-il déclaré aux journalistes qui voyagent avec lui en Allemagne.

Plusieurs militants soutenus par la Turquie ont été tués dans des affrontements avec des combattants kurdes au nord de la Syrie.

TEHERAN (FNA) – Les groupes militants, affiliés à l’armée turque, ont perdu plusieurs combattants et leur matériel militaire a subi des dégâts majeurs lors de combats intenses avec les unités de protection du peuple kurde (YPG) dans les régions Al-Shahba et Afrin dans le nord d’Aleppo.

Les militants soutenus par Ankara ont lancé des attaques d’artillerie sur les villages de Mar’anaz et al-Bilouniyeh dans la région de Shara depuis leurs positions à l’est de la ville d’Azaz.

Les forces du YPG ont ouvert un tir de représailles aux positions des militants de la Turquie qui ont provoqué de lourds combats entre eux.
Selon les dépêches, trois militants soutenus par Ankara ont été tués et quatre autres ont été blessés dans les affrontements.

Des sources de terrain ont déclaré que les unités d’artillerie de l’armée turque et ses militants affiliés ont bombardé les villages et les villes de Tal Rifat, Cheikh Issa, Qarnateh, Haliseh, Hiseh, Qol Sarouj, Tal Jihan, Jal Madhiq, Tal al-Anab, al-Nayereh et Ein Daqneh à al-Shabba.

Les sources ont ajouté que les forces démocratiques syriennes, majoritairement kurdes, ont ouvert de lourds tirs d’artillerie et de mortier sur les lignes de défense des militants soutenus par Ankara dans le village de Tawis et la ville de Mare’a en réponse à leurs attaques d’artillerie, causant des pertes importantes sur la Turquie Des militants soutenus.

Selon les médias, vendredi, l’armée turque a renforcé sa présence militaire près de la région d’Afrin, dans la province d’Alep.
Selon les informations de Hawar, l’armée turque a augmenté le nombre de ses forces militaires aux frontières entre Afrin et la région de Bakur au Kurdistan dans les villages d’Ali Karo et Beykeh dans la région de Balbaleh.

L’armée turque a également mis en place deux tours de guet entre les villages d’Ali Karo et Beykeh et a rassemblé ses forces dans la région.
Il a également établi trois bases entre Beykeh et le village de Jorjio à Bakur, en les équipant de canons lourds et de munitions.

 

– YPJ Recognize, Acknowledge US-NATO Betrayal
– Kurds in Iraq, Syria are Exploited by the US to Divide the Middle East
– Turkish Army Reinvigorates Deployment Near Afrin
– Russia Asks Kurdish Forces to Withdraw from Northern Aleppo to Block Turkey’s Attacks

 

Source: https://syria360.wordpress.com/2017/07/15/ypj-commander-in-syria-rejects-bowing-to-us-demands/

Lutte armée : débat entre les CCC et l’OCML-VP

arton643-cc617

 

Nous reproduisons ci-dessous un débat, datant de décembre 1992, sur la lutte armée entre le Collectif des Prisonnier(e)s des Cellules Communistes Communistes et l’OCML-Voie Prolétarienne.

PDF - 262.3 ko

Téléchargez la brochure complète en pdf en cliquant sur la vignette :  http://www.vp-partisan.org/IMG/pdf/debatvpccc-2.pdf

 

Sommaire

 

Collectif des Prisonnièr(e)s des Cellules Communistes Combattantes (Belgique)
LUTTE ARMÉE ET POLITIQUE RÉVOLUTIONNAIRE
(Pour un débat avec l’OCML Voie Prolétarienne)

 

Une longue introduction


Lutte armée et politique révolutionnaire

A. Comment se pose le problème aujourd’hui
B. Le rôle politique de la propagande armée
C. La lutte armée comme élément stratégique du processus révolutionnaire
D. La critique léniniste du terrorisme anarchiste est juste
E. Expériences et leçons, évolution et influence de la lutte armée communiste
F. Violence d’avant-garde ou violence de masse : un faux dilemme


Une brève conclusion

 

Comité Directeur de Voie Prolétarienne (France)
VIOLENCE RÉVOLUTIONNAIRE ET CONSTRUCTION DU PARTI, AUJOURD’HUI, EN EUROPE

 

Le contexte politique de la lutte armée
A. Une position générale
B. La lutte armée en Europe
C. La situation en France


Les caractères prêtés à la lutte armée
A. Porter des coups à l’ennemi
B. Rompre avec le réformisme
C. Lutte armée et légalisme
D. La lutte armée comme élément stratégique


Le rôle de la politique
A. L’impact de la lutte armée
B. Parti et lutte armée
C. Les conditions de la lutte armée


Autocritiques
A. Les oscillations de Voie Prolétarienne
B. Le dysfonctionnement des CCC


Quelles tâches aujourd’hui ?
A. Une ambition démesurée
B. Quelle éducation à la violence et à l’illégalité ?
C. Quelles garanties pour l’avenir ?


En conclusion

 

Source : http://www.vp-partisan.org/article643.html

PLATE-FORME du Secours Rouge/APAPC

COMME LA LUTTE RÉVOLUTIONNAIRE S’EST INTENSIFIÉE CES DERNIÈRES ANNÉES, NOUS SOUHAITONS METTRE SUR PIED UNE MISE À JOUR DE L’ORGANISATION DU SECOURS ROUGE QUÉBEC/CANADA.  COMME NOUS SOUTENONS LE SECOURS ROUGE/APAPC, NOUS PUBLIONS LEUR PLATE-FORME QUI FUT RÉDIGÉE EN 2001 PUIS MODIFIÉE EN 2008, MAIS QUI EST TOUJOURS EN VIGUEUR, AFIN DE JETER LES BASES DE LA DISCUSSION POUR UNE PLATE-FORME ORIGINALE POUR LE QUÉBEC ET LE CANADA.
 
 
Secours rouge du Canada


Plate-forme

 
 
1° Le Secours Rouge/APAPC se constitue dans le cadre strict du Programme pour le Secours Rouge International (SRI). Cette plate-forme constitutive particulière n’entend aucunement restreindre, élargir ou modifier d’une manière ou d’une autre le cadre de ce programme. Elle entend simplement spécifier les conditions particulières de naissance et de travail du Secours Rouge/APAPC.
 
2° Le Secours Rouge/APAPC se constitue comme section belge du SRI. Cependant, considérant la dispersion politique et matérielle des forces militantes, il ne prétend pas à être le seul comité de Secours Rouge du pays, et s’il s’emploiera à rassembler les forces militantes dans le cadre du Programme pour le SRI, il admettra sans difficulté l’éventualité de la constitution de comité de Secours Rouge en Belgique distinct de lui.
 
3° Le Secours Rouge/APAPC entend donc développer la solidarité communiste et prolétarienne face à toutes les formes de répression de classe. Ses activités seront centrées sur la Belgique tant en ce qui concerne les prisonniers révolutionnaires qu’en ce qui concerne la répression pour faits de lutte des classes (soutien aux ouvriers des Forges de Clabecq actuellement en procès) ou pour faits de solidarité internationaliste (soutien aux militants actuellement poursuivis pour leur aide aux sans-papiers).
 
4° Les formes de soutien que le Secours Rouge/APAPC entend apporter aux militant/es confrontés à la répression bourgeoise sont : 1. Rédaction de communiqués et d’adresses de solidarité ; 2. Organisation de manifestations, de meetings, et/ou de réunions publiques d’informations ; 3. Diffusion de tracts, d’affiches, publication de documents dans la presse des groupes et organisations qui s’associent au travail du Secours Rouge/APAPC ; 4. Aide financière et matérielle ; 5. Appel à la solidarité internationale via la Commission pour le SRI.
 
5° Le Secours Rouge/APAPC, en tant que membre du SRI, et dans le cadre du SRI, participera aux campagnes internationales de solidarité, s’emploiera à développer une relation privilégiée avec les prisonnier/es révolutionnaires, communistes, anarchistes, antifascistes, anti-impérialistes signataires de la ’Plate-forme du 19 juin 1999’, et veillera à célébrer de la manière la plus retentissante possible la Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier.
 
6° Le Secours Rouge/APAPC pourra s’engager dans des campagnes internationales autres que celles organisées par le SRI, dans la mesure où elles sont conformes aux principes exposés dans le Programme pour le SRI. C’est ainsi que le Secours Rouge/APAPC participera aux initiatives internationales impulsées par l’IKM (le Comité contre les Prisons d’Isolement en Turquie), ou aux activités du Comité (international) de Soutien à la Résistance des Prisonniers Révolutionnaires.
 
7° Le Secours Rouge/APAPC est l’héritier de l’Association des Parents et Amis des Prisonniers Communistes en ce sens que l’APAPC se dissout dans le Secours Rouge/APAPC. Le Secours Rouge/APAPC hérite des archives, stocks de publications, fonds (compte ’Solidarité communiste’), boîte postale etc. de l’Association. Cependant, le caractère politique du Secours Rouge/APAPC étant nettement plus marqué que celui de l’Association, le passage des membres de l’Association au Secours Rouge/APAPC se fera sur base de décision individuelle. En effet, dans le cadre du Programme pour le SRI, et à la différence de l’ancienne Association qui admettait des engagements motivés par le seul attachement personnel envers tel ou tel prisonnier, le Secours Rouge/APAPC entend s’engager résolument sur le front de la lutte des classes.
 
8° L’expérience de l’Association et Parents des Amis des Prisonniers Communistes et de nombreux échos venant des prisons ayant démontré que cette activité correspond à un réel besoin, le Secours Rouge/APAPC continuera à publier et à envoyer gratuitement aux prisonnier/es le bulletin d’information APAPC*INFO (qui en est au 51ème numéro). Ce bulletin, réservé aux prisonnier/es, contient une revue de presse, des documents militants et une revue des revues faisant fonction de catalogue (les prisonnier/es pouvant demander l’envoi des revues au sommaire).
 
9° Les décisions du Secours Rouge/APAPC sont prise à la majorité simple des membres effectifs. Le mode de fonctionnement général du Secours Rouge/APAPC tendra aux règles du centralisme démocratique. En tant qu’organisation ’de masse’, il ne pourra s’agir que d’une tendance, mais il s’agira d’une tendance que chaque membre effectif veillera à développer.
 
10° Peut être admis comme membre effectif du Secours Rouge/APAPC toute personne satisfaisant aux conditions suivantes : 1. Accepter le Programme pour un SRI ; 2. Participer régulièrement aux réunions internes et aux activités publiques du Secours Rouge/APAPC ; 3. Etre en règle de cotisation. La cotisation des membres effectifs est de 10 euros par mois. Un membre effectif peut, s’il est empêché de participer à une réunion interne, mandater un autre membre effectif ou un membre sympathisant et lui confier sa voix aux délibérations. Un membre ne peut cependant cumuler plus de cinq voix ainsi mandatées. Un membre effectif absent d’une réunion interne peut aussi, sur un point précis, exprimer son vote par écrit.
 
11. Le Secours Rouge/APAPC compte, outre des membres effectifs, des membres sympathisants qui entendent soutenir moralement et matériellement son action. Les membres sympathisants participent occasionnellement, en fonction de leur disponibilité, aux activités publiques du Secours Rouge/APAPC (manifestations, meetings, etc.) ; le montant de leur cotisation est laissé à leur appréciation pourvu que cette cotisation soit régulière. Les membres sympathisants peuvent assister et intervenir aux réunions internes du Secours Rouge/APAPC, et peuvent être mandaté par un membre effectif absent à l’occasion d’un vote.
 
12° Les adhésions au Secours Rouge/APAPC se font sur une base individuelle. Cependant, des groupes et comités peuvent s’associer au Secours Rouge/APAPC. Ces groupes et comités s’engagent : 1. A soutenir moralement et matériellement l’activité du Secours rouge, et notamment à répercuter l’action du Secours Rouge/APAPC dans leur presse ; 2. A inviter leurs membres et sympathisants à contribuer à l’activité du Secours Rouge/APAPC soit à titre de membre effectif, soit à titre de membre sympathisant. Le Secours Rouge/APAPC invite les comités et groupes à s’associer dans ce cadre à ses activités.
 
Bruxelles, le 26 mai 2001 + Modifications au 16 juin 2008
Face à la répression
La solidarité est notre arme!

INDIA: Press Release January 2nd 2016 FREE SAIBABA!

Dr Saibaba

Press Release
January 2nd 2016

The Committee for the Defence and Release of Dr. GN Saibaba with Delhi University Teachers Association (DUTA) held a united protest in association with more than 40 organisations from all over Delhi and other states condemning the re-arrest of Dr. GN Saibaba and the charge of contempt of court on Arundhati Roy. Dr. Saibaba is a professor of English in Ram Lal Anand College of Delhi University and a democratic rights activist who has spoken for the rights of dalits, adivasis and oppressed masses for over twenty years and led a campaign against the state sponsored war codenamed Operation Green Hunt in Central India. He is also a man with 90% physical disability and moves in a wheelchair. Despite this, the Maharashtra Police has charged him under various sections of UAPA, declared him a “dreaded Maoist”, held him in the ‘anda’ cell of the Nagpur Central Prison for 14 months. During this time it has not been able to prove any of charges made against him. He was released on interim bail by the Bombay High Court in May 2015 on medical grounds as his health deteriorated rapidly inside jail, the muscle degenerated and he developed paralysis in his left hand and the prison condition aggravated his heart and spinal problems while adding to complications in his kidney. However, while he was undergoing treatment for life threatening ailments, the court order of 23rd December 2015 of the Nagpur Bench of the Bombay High Court cancelled his bail and alleged a ‘conspiracy’ to establish medical grounds. He was remanded back to Nagpur Central Jail within 48 hours, incidentally when the courts were on Winter Vacation, so that he would not be able to file against the order. This Single Bench Judgment also charged writer and activist Arundhati Roy with contempt of court for writing an article titled ‘Professor, P.O.W.’ in Outlook magazine in May 2015 seeking the release of Dr. GN Saibaba. This united protest in Jantar Mantar on the 2nd of January (Saturday) from 12 noon onwards saw the participation of parliamentarians, intellectuals, professors, students, cultural activists, workers, advocates, filmmakers and democratic rights activists from across political orientations.

The united protest was chaired by DUTA President Nandita Narain. She condemned the treatment meted out to Dr. Saibaba and as a member of the Committee for the Defence and Release of Dr. GN Saibaba, she urged all democratic voices to unite and assert the right to dissent. The protest meeting was addressed by D. Raja, Member of Parliament from Communist Party of India, who has been taking up the issue in parliament and vowed to continue doing so. He demanded the unconditional release of Dr. GN Saibaba and said, “We are not here to beg mercy from this state machinery. Dr. Saibaba has the legal right to be released. Holding him in prison amounts to subjecting him to torture.” He found the charge of conspiracy to release Dr. Saibaba on medical grounds made by the Nagpur Bench of the Bombay High Court highly deplorable and asserted that the judiciary doesn’t have the right to decide if people should speak or not. Ashok Bharti of NACDOR (National Confederation of Dalit Organisations) expressed his solidarity with Dr. Saibaba’s struggle and saw this as an attack on the dalits, adivasis and the most oppressed people of this country. He said, “The manner in which the State, the police and the judiciary is conspiring to keep him (Dr. Saibaba) in jail shows that the judiciary like all other state apparatuses is not representative of the vast majority of people.” Dr. Mrigank of CPIML (New Democracy) reiterated this point and said, “The illusion that the judiciary is independent has broken.” He found the treatment meted out to Dr. Saibaba by the Maharashtra police to be criminal. Filmmaker Sanjay Kak highlighted the case of Dr. Binayak Sen along with that of Dr. GN Saibaba. He found that, “It is clear that the state is afraid of all such voices like that of Binayak Sen and GN Saibaba who have relentlessly worked to expose the anti-people activities of the State in Central India before all of us.” He urged everyone to continue speaking out on the issues that the State hoped to suppress by arresting Dr. Saibaba. Vasantha, Dr. GN Saibaba’s partner, expressed the prolonged torment of living under the gaze of the police and media and the pain of watching Dr. Saibaba’s health deteriorate over the last three years. She said, “Despite the conditions in which we have had to struggle for speaking up against injustice in a country that calls itself a democracy, the solidarity of people from across the country keeps us strong.”
Ex-DUTA President and leader of DTF Shaswati Majumdar saw the arrest of Dr. Saibaba as an attack on democracy and conveyed the need for a united struggle for democratic rights. JNUSU President Kanhaiya Kumar expressed his solidarity with the campaign for the release of Dr. Saibaba and remarked at the motive behind arresting people like him. He found that “The State doesn’t want people who pose a mirror against their definition of nationhood and development to speak, be it with guns or with pens. And, attacking the intellectual contribution of people like Dr. Saibaba and Arundhati Roy is done with the motive of scaring all such voices that have been speaking out. Arjun Prasad Singh of PDFI found that whenever people raise their voice and lead struggles for the rights of the oppressed, the ruling establishment tries to crush such voices. He emphasised on the need for a united struggle as the only way forward to establish the right for democratic dissent. Leaders of workers unions spoke of the judgment on the Pricol case as well as the Maruti Suzuki struggle and marked the difference in the way the judiciary treats those who raise their voice against injustices to marginalised sections and those from affluent and powerful sections inflicting injustices. Several speakers from teachers unions in DU, JNU and AUD spoke in solidarity with Dr. Saibaba and demanded his immediate release. Student activists, cultural performers, and writers from Progressive Writers Association also expressed their solidarity and urged the need to carry the struggle forward.
All the participants in the united protest signed a joint statement demanding the immediate release of Dr. GN Saibaba and the quashing of the charge of contempt of court against Arundhati Roy. Meetings in solidarity with Dr. GN Saibaba and Arundhati Roy have taken place all over the country, especially in Andhra and Telangana, in Hyderabad, and his hometown Amalapuram. The Committee for the Defence and Release of Dr. GN Saibaba and all the organisations who have come together in solidarity vow to continue the struggle for the release of Dr. Saibaba and for the right to democratic dissent.

COMMITTEE FOR THE DEFENCE AND RELEASE OF DR. GN SAIBABA & Delhi University Teachers Association (DUTA) along with Aahwan: Ek Sanskritik Muhim, All India Students Association (AISA), All India Students Federation (AISF), Ambedkar University Delhi Faculty Association (AUDFA), Birsa Ambedkar Phule Students Association (BAPSA), Bhor, Bhagat Singh Chhatra Ekta Manch (BSCEM), Collective, Communist Party of India (CPI), CPIML (Liberation), CPIML (New Democracy), CPIML (New Proletariat), Disha, Democratic Students Federation (DSF), Democratic Students Union (DSU), Democratic Teachers Federation (DTF), Indian Federation of Trade Unions (IFTU), Inquilabi Mazdoor Kendra (IMK), Jawaharlal Nehru University Students Union (JNUSU), Jan Sanskritik Manch (JSM), Jamia Teachers Students Association (JTSA), Krantikari Naujawan Sabha (KNS), Krantikari Yuwa Sangathan (KYS), Lok Shikshak Manch (LSM), Marxwadi Vichar Manch, Morcha, New Socialist Initiative (NSI), Nowruz, Parivartankami Chhatra Sangathan (Pachhas), Peoples Democratic Front of India (PDFI), Prawasi Mazdoor Adhikar Parishad (PMAP), Resistance in Brush (RIB), Samajwadi Janparishad, Sangwari, Sanhati, Students Islamic Organisation (SIO-JNU), Students Federation of India (SFI), The New Materialists (TNM) and others.