Discussion with/avec Rojava representative Sinam Mohamed

(La version française suit)

 

The Rojava Montréal collective & the Democratic Kurdish Federation of Canada invites you:
MEET AND DISCUSS WITH SINAM MOHAMED, ROJAVA’S FOREIGN REPRESENTATIVE
TOPIC: « A NEW SOCIETY IN THE MIDDLE EAST: CITIZEN REVOLUTION AND FEMINISM IN THE NORTH OF SYRIA »

Thursday, April 19, 2018
6pm: Snacks Served
7pm: Talk and Discussion
Alternatives, 3720 Ave du Parc (to be confirmed)

There will also be a talk at the Montreal Kurdish community centre (in Kurdish with whispered translation), Sunday April 15, 12pm, (2170 ave Charland, Jarry), as well as an event at Ottawa Central Library on Monday April 16, 6pm.

Facebook event:
https://www.facebook.com/events/189505711834253/

Since the outbreak of the Syrian Revolution, in Kurdish-majority northern Syria (also known as Rojava), diverse local populations have embarked on an extraordinary social project: they are overturning 5000 years of patriarchy and creating a grassroots democratic society beyond the nation-state. Their system of ‘democratic confederalism’ is based on gender empowerment, participatory democracy, ethnic harmony, ecology, and transformative justice and it is a model to inspire the whole Middle East and the world.
Administered by the Democratic Federation of Northern Syria (DFNS), Rojava has been the safest and most peaceful region in the country in spite of the terrible civil war. At the same time, the Syrian Democratic Forces (SDF), led by the Kurdish majority YPG, have been the most reliable fighters against Daesh. However, their proposals for a feminist grassroots democracy in Syria and beyond have been blocked by the other actors in the war. And the world shut its eyes at Turkey’s brutal invasion of the Afrin canton, which has employed former Daesh fighters and involved ethnic cleansing and sexual violence. There are grave concerns for another Turkish invasion and Genocide Watch has recently placed the Kurds on a genocide warning list. And after seven years of war, with an alleged new chemical attack on Douma, tensions seem only to be violently mounting across Syria between between the Assad government and the rebel militias, between the US and Russia, and between Israel, and Iran and Hezbollah. Could the new society being created in Rojava be a model of hope for Syria and the broader Middle East… and for ourselves?
The honourable SINAM MOHAMED is the foreign envoy of the DFNS administration of Rojava. She has previously served as the co-president of the People’s Council of Rojava, the main political body of Rojava that was founded in 2011 during the Syrian Revolution. Ms. Mohamed is also a member of the Kurdish Supreme Committee in Rojava, part of the leadership of the Democratic Society Movement and is involved in the administration of the Star Union of Women. She holds a degree in English Literature from the University of Aleppo.

The talk will be in English with whispered translation into French and a bilingual discussion. Childcare will be provided.

 

For all questions, please contact: rojavamontreal@protonmail.com; 514-561-4656.

Sinam Mohamed: « Once We Beat ISIS, Don’t Abandon Us, » New York Times Op-Ed piecehttps://www.nytimes.com/…/once-syrian-kurds-beat-isis-dont-…
—————————————–

Le collectif Rojava Montréal et la communauté kurde vous invitent :
DISCUSSION AVEC SINAM MOHAMED, RÉPRESENTANTE À L’ÉTRANGER DU ROJAVA
« UNE NOUVELLE SOCIÉTÉ DANS LE MOYEN-ORIENT : LA RÉVOLUTION CITOYENNE ET FÉMINISTE EN LA SYRIE DU NORD »

Jeudi 19 avril 2018
18h: collations servies
19h: conférence et discussion
Alternatives 3720 Ave du Parc (à confirmer)

Il y aura aussi une conférence au Centre communautaire kurde (en kurde avec traduction chuchotée), le dimanche 15 avril, à 12h, 2170 ave Charland, Jarry, ainsi qu’un un événement à Ottawa lundi soir le 16 avril à 18h.

Événement Facebook:
https://www.facebook.com/events/189505711834253/

Depuis le déclenchement de la révolution syrienne, dans le nord de la Syrie à majorité kurde (également connu sous le nom de Rojava), diverses populations locales se sont lancées dans un projet social extraordinaire: elles renversent 5000 ans de patriarcat et créent une société démocratique au-delà de l’État-nation. Leur système de «confédéralisme démocratique» est basé sur l’émancipation féminine, la démocratie participative, l’harmonie ethnique, l’écologie et la justice transformatrice et c’est un modèle pour inspirer tout le Moyen-Orient et le monde.

Administré par la Fédération Démocratique de la Syrie du Nord (FDSN), le Rojava a été la région la plus sûre et la plus paisible du pays malgré la terrible guerre civile. Dans un même temps, les Forces démocratiques syriennes (SDF), dirigées par la majorité kurde (YPG), ont été les combattants les plus fiables contre Daesh. Cependant, leurs propositions pour une démocratie populaire féministe en Syrie et au-delà ont été bloquées par les autres acteurs de la guerre. Le monde a fermé les yeux sur l’invasion brutale du canton d’Afrin par la Turquie, qui a employé d’anciens combattants de Daech et qui implique un nettoyage ethnique et des violence sexuelle. Il y a de graves inquiétudes pour une autre invasion turque et Genocide Watch a récemment placé les Kurdes sur une liste d’avertissement pour un risque de génocide. Et après sept années de guerre, avec une nouvelle attaque chimique présumée contre Douma, les tensions semblent monter violemment à travers la Syrie. La nouvelle société en cours de création à Rojava pourrait-elle être un modèle d’espoir pour la Syrie et le Moyen-Orient en général … et pour nous-mêmes?

L’honorable SINAM MOHAMED, représentante à l’étranger de l’administration de la FDSN. Elle a précédemment été co-présidente du Conseil Populaire du Rojava, le principal organe politique du Rojava fondé en 2011 pendant la révolution syrienne. Mohamed est également membre du Comité suprême kurde du Rojava, une partie de la direction du Mouvement pour une Société Démocratique et est impliqué dans l’administration de la Star Union of Women. Elle est titulaire d’un diplôme en littérature anglaise de l’Université d’Alep.

La conférence se déroulera en anglais avec une traduction chuchotée en français et une discussion bilingue. Un service de garde est offert pour les enfants.

 

Pour tous renseignements : rojavamontreal@protonmail.com; 514-561-4656.

Sinam Mohamed: « Once We Beat ISIS, Don’t Abandon Us, » New York Times
https://www.nytimes.com/…/once-syrian-kurds-beat-isis-dont-…

Publicités

The Kurdish Revolution is Anti-Fascist

Words from an International Volunteer in the YPG

In 2015, I made an important discovery.

A revolution was taking place in the Kurdish territories of Northern Syria known as Rojava.

The Kurds, a stateless ethnic group whose traditional territory stretches through the mountainous regions of Turkey, Syria, Iraq, and Iran, had built a revolution in the middle of the Syrian Civil War. They referred to their revolutionary system as democratic confederalism.

Democratic confederalism is a political alternative that is based on direct democracy, equality for all and ecology. It strives towards the end of ethnic and religion wars, a real equality between men and women, and a society directly managed by the people within it through neighborhood councils.

The Kurds are not looking to create a new country, since that would establish a new nation-state. The Kurds know that this is one of the main causes of conflicts, exploitation, and the rise of nationalism that can lead to fascism. The way that democratic confederalism sees the functioning of its system is through practice in local communities until it becomes the normal way of organizing and the state has been rendered useless. They don’t believe that they need an armed insurrection, but they keep the right to defend themselves against an attacker.

The Kurds started this movement, but through the years of war they gained victories and liberated many villages and cities from the Islamic State, also known as Daesh. In doing so, they gained the trust of non-Kurdish populations. It’s a trust that they earned—after having liberated and secured a city, Kurds remove their troops and let the local population manage it. The Kurds gave residents of liberated cities the choice to join the revolution or not.

Today, a large part of the Syrian Democratic Forces, the Kurdish-led coalition which was the main force behind the defeat of Daesh in Syria, is not Kurdish. In fact, the region known as Rojava goes by a different name, the Democratic Federation of Northern Syria. Rojava is a Kurdish word, and they wanted to remove this association to be more inclusive.

Symbols and acronyms of the Kurdish movement and their opponents in the Syrian Civil war. Graphic Carl Bindman.
What is so impressive about the revolution is that it was established while fighting against the brutality of Daesh, and being submitted to a supply blockade, in one of the most explosive part of the world, and it’s working! If it’s possible there, it’s possible everywhere.

Cities are now managed democratically while ensuring representation of the different ethnic origins of the inhabitants. Parity between men and women is established everywhere, including the army. So now you can go in a municipal meeting and see Arabs, Kurds, and Assyrians working together to achieve a common goal. Half of these assemblies are mandated to be women, as a measure to dismantle patriarchy.

« According to the Turkish regime, we who built and defend this revolution are terrorists. »

***

When I first heard about the revolution in 2015, the Kurds needed volunteers to help to fight against the Daesh, which was attempting to invade Kurdish territory. I was interested—I began to read up on Rojava and tried to get contacts to join them. It took a long time, but I was able to get in touch with some people in the the Kurdish militia known as the People’s Protection Units, or YPG.

By the end of August 2016, I was in Rojava. The day after my arrival, the Turkish army entered into Rojava to fight us. By drawing Kurdish troops away from the fight against Daesh, the Turkish army was supporting Daesh.

When we arrived we had a month-long training. It wasn’t only a combat training—we also learned the theory behind the revolution. Myself and two other foreigners joined a Kurdish unit that was waiting for the assault on Raqqa city, the capital of Daesh territory.

The Raqqa assault wouldn’t starts for many months. After waiting two months, we decided to go on another front so we could be more useful for the time we were in Rojava. While being redeployed, we learned that two of our friends had been killed—not by Daesh, but by the Turkish army. Their names were Robin Agiri and Zana Ciwan, they were two truly awesome people. As the Kurds say, şehid namirin, or martyrs never die.

The two of them had been taking a village controlled by Daesh near Manbij when Turkish airstrikes hit their position. Daesh was warned beforehand, so they fled behind to avoid being hit. And the Turkish government still says we are terrorists.

Shortly after I saw a doctor for an injury I got at the academy while training two months earlier. He told me that I needed to go home to get my knee fixed, it was just getting worse. It’s an awful feeling when they tell you you need to leave, and you just lost your first friends on the front line and you cannot help.

***

According to the Turkish regime, we who built and defend this revolution are terrorists.
Since February 2018, the Turkish regime has been attacking the canton of Afrin, the western part of DFNS. According to the Turkish regime, the YPG, YPJ, and SDF—those I joined—are terrorists. For the rest of the world, the troops I joined are not terrorists, but Daesh is.

This makes sense—it’s Daesh that is bombing civilians, raping women, and enslaving people. It’s Daesh that attempted to commit genocide against the Yazidi people, throws homosexuals off roofs, and drowns people in detergent because they smoked a cigarette. The list could continue for a long time. We were the one that won against Daesh, nearly eliminated them from Syria, and built a democratic confederalist revolution in their place.

Daesh, to be able to get their weapons, money and troops, has strong relations with the Turkish state. Nearly all of Daesh’s oil and cotton was sold to Turkey, a lot of their weapons came from Turkey, and their troops reached Syria by travelling through Turkey.

This all make sense for the Turkish state. It’s an authoritarian regime that wants a “nation” composed only by one people—Turks—negating the existence of minorities such as Kurds, Armenians, and others. Turkey’s current president, Recep Tayyip Erdoğan, abandoned secularism and has brought back an extremist form of Islamism in the state.

Any critique of the regime will put you in jail. Hundreds of journalists are incarcerated by the Turkish state for critical reporting. This repression of dissent, its contributions to the rise of Daesh, and its internal wars against minorities clearly makes the Turkish regime a fascist one. And it’s dangerous—the Turkish army is the second largest army of NATO.

Erdoğan is clearly dreaming of bringing back the days of the Ottoman Empire. Today, Turkey is the fifth largest trading partner of the European Union and a central point for global exchange due to its location between Europe, Africa and Asia.

Some of the international volunteers who have been killed in battle fighting alongside the Kurds. Graphic Aiden Locke.

In Turkey’s attacks on Afrin, hundreds of civilians are dying. It is estimated that over 150,000 people have been displaced by Turkish attacks.

Despite all this, comrades had resisted courageously. We don’t have anything to defend ourselves against Turkish airplanes, and the enemy is much more equipped than us. But our troops were still bravely resisting even if we were losing ground, in the hopes that a country will make a move to stop the fascist Turkish regime assault.

Sadly, this invasion has forced the Kurds to remove 1,700 troops that had previously been fighting against—and nearly eliminated—Daesh, to send them to reinforce Afrin. Again, the Turkish army is helping Daesh, who could now use this situation to counter-attack the Kurds and regain strength. If this happens, it will have been Turkey’s fault—but western governments, including Canada’s, too, since they could stop it simply by enforcing a no-fly zone over Afrin.

Even the Syrian regime, which is far from being our ally, have now joined us in the war against the Turkish invasion. They have done the same with their 1,200 troops that were on the frontlines against Daesh. They know they could be the next.

***

On March 18, 2018, the city of Afrin fell. Turkish airstrikes were so intense that the YPG/YPJ decided to evacuate the city’s civilians and withdraw in order to avoid more civilian deaths. On the last day before the city’s fall, over 100 civilians were killed. It is a terrible loss, but it is not our first one.

The YPG/YPJ are now forced to change their strategy. They are engaged in guerrilla war in an attempt to force the fascist invader to withdraw. They hope that this strategy will render the Turkish air force, its most important tool in the war, useless.

Only months ago, the world was applauding the Kurds and their allies for their brave resistance against Daesh. Now the world is silent as another fascist army is killing those same heroes.

For them it seems the Kurds have filled their role against Daesh, now they are useless. Other countries also don’t want a direct military confrontation against this fascist regime, or to lose their economic relations with Turkey.

Sooner or later, though, it will need to happen. The Turkish regime wont stop after Afrin. The fascist Erdoğan already said he would continue with Kobane and Qamişlo. The Turkish regime has already provoked European countries by threatening that they could take “Germany in three days and France in one hour.”

Maybe the other countries should remind themselves that the cost of inaction against a fascist regime was once the Second World War.

Meanwhile, the YPG-International has called for international solidarity. They are asking the good people of this world to support them and raise awareness of what’s happening there. The hope their initiative is bringing, and the threats their enemies represent, needs to be defended at all cost.

Locally in Montreal, initiatives are being planned and a lot of help will be needed. Get in touch with organizers to get involved, and even to organize some events. Conferences, demonstrations, picket lines, blockades, and more—everything is needed, and it’s needed urgently. I organize with Rojava Solidarity Montreal, and would encourage you to find us and help out.

Yesterday the Kurds spilled their blood to defend human values and get rid of barbarism—not only for them, but for all the world. Now they continue, but they are asking for our support more than ever, let’s not disappoint them.

Biji berxwedana Afrin! Long live Afrin’s resistance!

 

Source: https://thelinknewspaper.ca/article/the-kurdish-revolution-is-anti-fascist

DOSSIER D’INFORMATION SUR LES CRIMES DE GUERRE ET LES CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ DE LA TURQUIE À AFRIN

ROMPEZ LE SILENCE !

Le monde ne peut rester insensible au massacre d’enfants par le régime turc à Afrin
en Syrie du Nord

Dans la guerre menée par la Turquie contre les Kurdes, les enfants sont les plus
durement touchés par les destructions, les déplacements et les morts sans précédent.
Des vies, des maisons et des enfances ont été brisées.
#NoFlyZone4Afrin
Ça suffit !

DOSSIER D’INFORMATION SUR LES CRIMES DE GUERRE ET LES CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ DE LA TURQUIE À #AFRIN

 

L’ARMÉE TURQUE COMMET UN HORRIBLE MASSACRE CONTRE LES KURDES
Les forces turques encerclent l’enclave kurde dans le nord de la Syrie – carte
Depuis des décennies, les différents gouvernements turcs, avec toute leurs force militaire et munis des
armes les plus modernes, ont tenté d’éliminer le peuple kurde, mais en vain. La guerre qui vient
d’éclater contre les Kurdes, qui va bientôt s’étendre sous différents prétextes, le prouve.
Afrin, qui accueille des milliers de réfugiés et de déplacés internes qui ont fui la terreur du Front Al
Nusra et de Daesh, est désormais lourdement attaquée par l’armée turque. Le président turc, Recep
Tayyip Erdogan, a commencé son opération militaire, appelée “Rameau d »olivier », contre les Kurdes
en Syrie.

La Turquie, qui a longtemps été le premier et principal défenseur des groupes d’opposition islamistes,
en particulier le Front Al Nusra et Daesh, ne s’est pas ménagé pour réprimer les Kurdes.

Kobanê reste toujours en mémoire, car la Turquie a facilité l’entrée de Daesh à Kobanê pendant trois
ans et lui a accordé son soutien total pour perpétrer les massacres les plus terribles contre des civils
innocents. Après son échec à Kobanê, la Turquie a commencé à répandre sa haine à Afrin pour tenter
de se débarrasser des Kurdes.

La résistance à Afrin est la résistance de notre époque, contre l’armée turque, qui agit sur ordre du
Parti de la Justice et du Développement (AKP) et de son dirigeant Erdogan, partisan du terrorisme en
Syrie. Erdogan a profité de la situation à Idlib et l’a utilisée comme monnaie d’échange avec le régime
syrien et la Russie. Maintenant, la Turquie utilise des F-16 pour bombarder Afrin.

Les avions turcs ont tué des enfants réfugiés et des déplacés internes qui s’étaient installés à Afrin
pour y chercher la sécurité et avoir la vie sauve. La Turquie a également bombardé la région de
Jindirs et commis un massacre contre des civils innocents. La Turquie se bat contre les enfants et les
femmes d’Afrin. L’armée turque a intensifié sa brutalité à l’égard de notre peuple pacifique à Afrin,
utilisant toutes sortes d’armes pour bombarder à l’aveugle nos villages et nos villes. Au matin du 23
janvier 2018, une attaque brutale de la Turquie contre la ville de Jindirs a fait de nombreux morts
parmi les civils. Cette attaque était très similaire aux précédentes attaques contre la ville, perpétrées
par Al Nusra Front et Daesh.

Alors que l’État turc et ses médias affirment qu’ils ne prennent pas pour cible les civils innocents dans
le cadre de leur opération à Afrin, de nombreux reporters ont présenté des documents photographiques
et vidéo montrant les bombardements turcs et le meurtre de dizaines de civils, dont un certain nombre
d’enfants.

Le résultat de l’agression turque sur Afrin jusqu’au 27/01/2018 peut être résumé ainsi :

86 civils ont été tués.

198 personnes ont été blessées.
Blessé.es pendant les 4 premiers jours :
1- Ismail Al Hussain (9 ans).Fadi Al Hussain (10 ans).
2- Fadi Al Hussain (10 ans)
3- Abdelsatar Janko (28 ans).
4- Mohamed Abdo Janko (27 ans).
5- Ismail Mohamed Ibrahim (12 ans).
6- Fadi Mohamed Abdo (10 ans).
7- Hamid Batal (30 ans).
8- Khaled Abdelqadir (46 ans).
9- Hassan Ibrahim (2 ans).
10- Hamida Ibrahim (3 ans).
11- Faiza Bader Al Hassan (24 ans).
12- Dariana Mohamed Saido.
13- Hiba Akram (13 ans).
14- Il y a aussi un civil non identifié âgé de 30 ans.

Rien que dans deux villages, Miriamin dans la région de Shera, et Diwa dans la région de Jindirs, le
nombre total de victimes civiles a atteint 9 martyrs, tandis que le nombre de blessés monte jusqu’à 26
personnes.

L’opération militaire lancée par le régime fasciste turc contre la population civile d’Afrin se
poursuit pour la neuvième journée consécutive.
Noms des civil.es qui ont été tué.es

Nom complet Âge Lieu de mort en martyr Date de mort en martyr
Yahya Ahmed Hamada 11 Trenda – déplacé interne d’Alep 20/01/2018
Rahaf Al Hussain 33 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Wael Al Hussain 1 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Hadil Al Hussain 10 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Ghaliya Al Hussain 8 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Salama Al Hussain 6 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Mousab Al Hussain 6 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Ahmed Al Hussian 17 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Inconnu 30 Jilbera – massacre d’Al Madjina 21/01/2018
Mohamed Khalil Bakir 10 Altanio – Rajo 22/01/2018
Inconnu (handicapé) 35 Adamo – Adamo 22/01/2018
Sawsan Jamil 35 Tel Salawr 22/01/2018
Almaza Sheikh Horo 50 Jindiris 23/01/2018
Enfant inconnu 14 Jindiris 23/01/2018
Inconnu 19 Jindiris 23/01/2018
Femme inconnue 55 Jindiris 23/01/2018
Kanjo Kanjo 60 Majblet Trenda 20/01/2018

Noms des civil.es qui ont été blessé.es:
Nom complet et âge Lieu Diagnostic Date
Ahmed Sabri Kandi – 45 Hamam Blessure aux vertèbres. 23/01/2018
Asia Sheikh Murad – 70 Sheia Blessure à la tête. 23/01/2018
Rasheed Daowd Isso 71 Belbel Blessures au visage, au dos et à l’abdomen.23/01/2018
Zayneb Hamkalino – 40 Ma’amel AoshagiAccident. Touché par un obus.23/01/2018
Hussain Hassan Hamkalino – 16 Ma’amelAoshagi Accident. Touché par un obus.23/01/2018
Farida Koleen – 56 Sheia Fragment d’obus dans l’abdomen. 23/01/2018
Hassan Hussain Mohamed – 59 Jindiris Blessure au visage. 23/01/2018
Mohamed Rasheed Hassan – 40 Jindiris Blessure au cou et à l’abdomen. 23/01/2018
Moustafa Abou Hamo – 12 Jindiris Lésion des membres inférieurs. 23/01/2018
Basema Mohamed Ba’ajo – 32 Jindiris Lésion des membres inférieurs. 23/01/2018
Aya Nabo – 7 Jindiris Blessure abdominale. 23/01/2018
Jankiz Ahmed Khalil – 20 Maydan Akbes Blessure abdominale. 23/01/2018
Shamsa Mousa – 75 Rajo Fractures multiples. 23/01/2018
Waleed Kons – 18 Rajo Arrivé mort. 23/01/2018
Hanifa Kons – 35 Rajo Blessure au pied gauche. 23/01/2018
Mustafa Mohamed Khalof – 12 Jandiris Blessure aux membres inférieurs. 23/01/2018
Ibrahim Mohamed Al Hussain – 35 Mariamin Blessures aux membres. 21/01/2018
Bader Al Hussain – 24 Mariamin Blessure aux vertèbres. 21/01/2018
Hamida Ibrahim Al Hussain – 3 Mariamin Blessure à la tête. 21/01/2018
Hassan Ibrahim Al Hassan – 2 Mariamin Blessure à la tête. 21/01/2018
Khaled Mohamed Ali Abdelqadir – 46 Mariamin Blessure à l’arrière de la tête. 21/01/2018
Hamid Battal – 30 Faqeero Blessures au visage et à la tête. 21/01/2018
Unknown Matahan Al Faisal
Fractures faciales et fracture de la jambe droite. 21/01/2018
Fadi Mohamed Aid – 10 Mariamin Blessures à la tête et aux cuisses. 21/01/2018
Ismaeel Mohamed Ibrahim – 12 Mariamin Blessure au pubis. 21/01/2018
Jumaa Mohamed Al Hussain – 17 Mariamin 21/01/2018
6 Kefah Al Moussa Al A’amer – 20 Mariamin Côtes cassées. 21/01/2018
Unknown – 2 Ain Al Hajer Blessure à l’oeil et brûlure au visage. 21/01/2018
Heba Akram Othman – 13 Aadamo Blessure au bras. 21/01/2018
Darian Mohamed Saydo – 19 Aadamo Blessures à la poitrine et
à la cheville. 21/01/2018
Mohamed Abdo Kanjo – 27 Kafar Hamra Contusions. 21/01/2018
Abdelqadir Kanjo – 28 Kafar Hamra Contusions. 21/01/2018
Fahed Ahmed Al Ahmad – 39 Trenda Idlib Jambe blessée. 20/01/2018
Kanjo Kanjo Al Ali – 60 Mort – blessure à la tête. 20/01/2018
Yahya Ahmed Hamada – 9 Trenda (Aleppo) Mort – abdomen ouvert. 20/01/2018

Khaled Hamada – 11 Trenda (Aleppo) Abdomen ouvert. 20/01/2018
Hamada Mohamed Ali – 32 Bashmara Blessures au dos et aux épaules. 20/01/2018
A’amar Al Barj – 19 Blessure aux vertèbres. 20/01/2018
Za’aeem Osso – 19 Blessure à l’arrière de l’oreille. 20/01/2018
Ibrahim Khalil – 45 Jambe blessée. 20/01/2018

Les Kurdes ne sont pas les seul.es à être pris.es pour cible par l’armée turque, les Arménien.nes
et les Arabes aussi.

Une famille arménienne qui a fui le génocide des Arméniens par les Turcs il y a 100 ans, et qui avait
trouvé la sécurité et la stabilité dans le canton d’Afrin, a été attaquée par l’armée turque, qui les a
suivis jusqu’à Afrin pour en faire les victimes d’un bombardement par les avions de guerre turcs dans
le centre du district de Rajo.

Le 24 janvier au soir, les avions de combat de l’occupation turque ont bombardé la région de Rajo, tué
un jeune homme du nom de Rosher Konis et blessé sa mère Shamsa Konis, âgée de 57 ans, tandis que
sa sœur Hanifa Konis, âgée de 25 ans, a été amputée d’une jambe. C’est une famille arménienne.
Un membre de la famille, Hartyon Kivork, a déclaré : « Leurs ancêtres ont fui l’oppression des
autorités turques il y a près de 100 ans à la suite des massacres perpétrés par les Turcs contre les
Arméniens, ils se sont donc dirigés vers Afrin pour vivre en paix parmi leurs frères kurdes et tous les
autres peuples et confessions vivant dans la région ».

Hartyon Kivork a ajouté : « Mais l’armée d’occupation turque a repris ses massacres qui ne font pas
de distinction entre les gens et les pierres, mais commettent de nouveaux massacres contre tous les
peuples d’Afrin pour faire de notre famille arménienne une victime des crimes turcs à nouveau,
alors que nous vivions en harmonie dans nos maisons, pour être finalement attaqués à nouveau
par l’État turc ».

L’armée turque a également commis un horrible massacre dans le village de Haj Khalil après avoir
ciblé le village le 28 janvier 2018. Des dizaines de civil.es ont été tué.es et de nombreux autres ont été
blessé.es. De même, un avion de guerre turc a pris pour cible la région de Balbala ce matin
(28/01/2018), tuant et blessant des dizaines de civils innocents.

LES CRIMES DE LA TURQUIE CONTRE LE PATRIMOINE CULTUREL
La Turquie n’est pas satisfaite de tuer des civils quotidiennement, ils ont maintenant commencé à
effacer ce qui reste de l’histoire des anciennes populations du Rojava. La Turquie est en train de
commettre des crimes contre le patrimoine culturel – notamment le complexe du temple Ain Dara
Hittite.

AVANT APRÈS
Même des mosquées se sont vues bombardées par l’armée turque.

Après la Première Guerre mondiale, entre 1919 et 1920, les autorités turques ont commis un génocide
et des massacres contre le peuple arménien, et les ont expulsés de force de leurs terres.
Aujourd’hui, ils font la même chose contre les Kurdes

LIENS DES PHOTOS ET VIDEOS PUBLIEES DANS CE DOCUMENT :
Photos :
https://drive.google.com/drive/folders/1pW8L_UyXt_f8jw3iNHKm3lWAGAPxUVdV?usp=shari
ng
Vidéos :
https://youtu.be/1i8RhX2Y5fs – Victimes civiles à Afrin
https://youtu.be/sxi0jhOKmKY – Réfugié.es à Afrin
https://youtu.be/_9izLApDhGI – Patrimoine culturel détruit à Afrin

 

Abattre le capitalisme

Construire la solidarité

Source: http://www.kurdishinstitute.be/dossier-dinformation-sur-les-crimes-de-guerre-et-les-crimes-contre-lhumanite-de-la-turquie-a-afrin/

Protest Mobilisation for Afrin/ Montreal

 

Un petit vidéo YouTube réalisé par une militante du mouvement montréalais kurde de Libération du Kurdistan sur la manif montréalaise de dénonciation du régime fasciste d’Erdogan pour son agression de la Fédération de la Syrie du Nord dans la région d’Êfrîn.

Manifestation de Montréal en solidarité avec le peuple kurde du Rojava sous le siège de l’état fasciste turque

Quelques centaines de manifestantEs de Montréal se sont mobiliséEs pour dénoncer l’agression fasciste du régime Erdogan dans la région d’Afrine en Syrie du Nord, sous contrôle de la Fédération Démocratique de Syrie.

 

Voici quelques photos.

 

 

Le rassemblement des manifestantEs rue Sainte-Catherine près du Métro Atwater à Montréal

 

 

     

La manif s’est terminée à la Place des Festivals

 

Le drapeau du SRI tenu par un militant du Secours Rouge Canada

 

Offensive militaire turque contre Afrin: LES KURDES VICTIMES DES CONTRADICTIONS INTER-IMPÉRIALISTES

En raison de la pertinence et de la justesse de l’analyse, nous relayons l’article du groupe OCML VP

 

Samedi 20 janvier, la Turquie a lancé l’opération militaire « Rameau d’olivier » contre le canton d’Afrin, la partie isolée à l’ouest du Rojava. Cette nouvelle offensive fait suite à celle lancée à l’été 2016 nommée « Bouclier de l’Euphrate » qui avait pour but de lutter contre le rattachement du canton d’Afrin au reste du Rojava. Cela s’est soldé par l’occupation par des troupes rebelles islamistes d’une bande de terre d’une centaine de kilomètres de largeur, le long de la frontière turque.

Cette opération est donc une nouvelle offensive de l’Etat turc dans son combat contre les forces du PYD et de sa branche armée, les YPG/YPJ (1). Et c’est là que se joue le numéro d’équilibriste entre toutes les forces réactionnaires et impérialistes dans la région. L’AKP d’Erdogan mène depuis des années une guerre sans merci contre le PKK et l’ensemble des organisations soutenant le droit à l’autodétermination du peuple kurde de Turquie : arrestations, emprisonnements, guerres et massacres. Cela est su et toléré par les différentes forces impérialistes, qu’elles soient européennes ou nord américaines pour deux raisons principales. Tout d’abord, la Turquie est membre de l’OTAN et par sa position géographique cela en fait un allié stratégique essentiel dans la région à court mais surtout moyen et long terme. Ensuite, la Turquie est le lieu de passage des milliers de migrants fuyant la guerre et la misère provoquée par le conflit syrien. Cela en fait une arme importante de discussion avec l’Union Européenne qui lui a sous traité la gestion de ce flux.

Si cette offensive militaire a put avoir lieu dans le canton d’Afrin c’est évidemment avec l’aval de l’impérialisme russe. En effet, c’est la Russie de Poutine qui garantissait par son armée et une base aérienne l’intégrité de l’enclave kurde. Si les motifs de cet accord ne sont pas explicites, on peut légitimement penser à deux facteurs. D’abord, les Russes ont intérêt d’affaiblir les forces kurdes alors allié tactique des américains, tout comme le régime iranien qui a lui aussi une minorité kurde. Ensuite, les forces kurdes ont pris sous leur contrôle

Parti de l’Union Démocratique (PYD) et Unité de Protection du Peuple/Unité de Protection des Femmes. Organisation soeur du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

en octobre 2017 les champs pétroliers à Deir Ezzor et ont refusé de les rendre la semaine dernière aux forces du régime Assad, tout comme elles ont refusé de laisser celle-ci prendre le contrôle de la frontière entre le Rojava et la Turquie. C’est à priori pour cela que Poutine joue sur les deux tableaux. A la fois l’autorisation faite aux turcs d’envahir Afrin et à la fois invitant les kurdes à la conférence de Sotchi pour des pourparlers de paix le 30 janvier prochain avec l’ensemble des protagonistes. Autrement dit, une vaste opération de chantage vis-à-vis des Kurdes afin de faire passer le Rojava sous le contrôle du régime Assad, et avec lui de la Russie.

Parallèlement vient en jeu le rôle de la coalition internationale dirigée par les ÉtatsUnis (avec notamment le soutien de la France) qui soutient les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), coalition militaire arabo-kurdes dirigées par les YPG/ YPJ. Le régime Erdogan a vécu comme une véritable provocation l’annonce faite de la formation et de l’armement d’une importante force kurde au Rojava par les USA pour contrôler la frontière turco-syrienne. Et même si les FDS sont des alliés de circonstance pour les États-Unis, il n’en demeure pas moins qu’ils sont prêts à sacrifier Afrin pour garantir leur alliance stratégique avec la Turquie. Dans ce contexte, la France se présente comme un intermédiaire et appelle au calme mais ne fera rien contre son allié turc.

Le PYD et les FDS se retrouvent alors la variable d’ajustement qui sera sacrifié un jour ou l’autre, par les uns ou les autres. Impérialistes russes comme américain souhaitent chacun mettre le Rojava au service de leurs jeu d’influence. Et puisque le Rojava a encore une politique trop indépendante pour eux, ils sont tous les deux prêts à le sacrifier au nettoyage ethnique et aux massacres commis par l’armée turque et les milices fascistes et islamistes dans son sillage. Pour notre part, et même si nous critiquons l’objectif stratégique du PYD (2) comme nous mettons en garde sur les limites et les risques graves de son alliance avec les USA (3), nous ne mettons pas tout le monde dos à dos. Le PYD, soutenu par de nombreuses organisations révolutionnaires de Turquie, porte néanmoins une perspective progressiste pour la région.

Dans ce contexte, notre responsabilité est double. D’abord et principalement, nous devons combattre et démasquer le rôle de l’impérialisme, et en particulier français, dans la région et affirmer qu’il est un ennemi des peuples de la région et qu’ils n’ont rien à attendre de lui. Ensuite, nous devons soutenir les forces sur place qui se battent contre l’occupation militaire d’Afrin et porte un projet émancipateur. C’est le cas du Bataillon International de Libération, et en premier lieu du TKP/ML TIKKO et du MLKP (4), qui viennent d’annoncer leur volonté de se déployer dans le canton d’Afrin. Notre devoir internationaliste est de les soutenir politiquement et matériellement (5) !

 

ARRÊT DE L’OPÉRATION MILITAIRE

TURQUE CONTRE AFRIN !

A BAS L’IMPÉRIALISME !

AFRIN VIVRA, KURDISTAN VAINCRA !

 

 

 

___________________________________________________

 

  1. Parti de l’Union Démocratique (PYD) et Unité de Protection du Peuple/Unité de Protection des Femmes. Organisation sœur du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).
  2. A  propos du Confédéralisme Démocratique : http://ocml-vp.org/article1637.html
  3. A propos des interventions impérialistes en Syrie et au Kurdistan : http://ocml-vp.org/article1816.html
  4. TKP/ ML : Parti Communiste de Turquie Marxiste-Léniniste et sa branche armée TIKKO. MLKP : Parti Communiste Marxiste-Léniniste
  5. Participez à la campagne de soutien sur : www.rojava.xyz 

 

Par leurs luttes, les peuples vaincront l’impérialisme!

_____________

Source : http://ocml-vp.org/IMG/pdf/partisan_n27.pdf

Autre lien hypertexte: http://ocml-vp.org/article1877.html