The prisoners at the Burnside jail are engaged in a non-violent protest; here is their statement

Today’s column has been provided to the Halifax Examiner by organizers of the protest in Burnside. 

We, the prisoners of Burnside, have united to fight for change. We are unified across the population in non-violent, peaceful protest.

We are calling for support from the outside in solidarity with us. We believe that it is only through collective action that change will be made.

We recognize that the staff in the jail are workers who are also facing injustice. We are asking for a more productive rehabilitative environment that supports the wellbeing of everyone in the system. These policy changes will also benefit the workers in the jail.

Our voices should be considered in the programming and policies for this jail. The changes we are demanding to our conditions are reasonable, and must happen to support our human rights.

The organizers of this protest assert that we are being warehoused as inmates, not treated as human beings. We have tried through other means including complaint, conversation, negotiation, petitions, and other official and non-official means to improve our conditions. We now call upon our supporters outside these walls to stand with us in protesting our treatment.

We join in this protest in solidarity with our brothers in prison in the United States who are calling for a prison strike from August 21st to September 9th. We support the demands of our comrades in the United States, and we join their call for justice.

Our demands in Nova Scotia are different, and we note that they are comparatively more modest. We are part of an international call for justice and we recognize the roots of this struggle in a common history of struggle and liberation.

We are not the first, and we will not be the last.

We recognize that the injustices we face in prison are rooted in colonialism, racism and capitalism. August is a month rich with the history of Black struggle in the Americas.

In 1619, the first ship carrying forcibly enslaved Africans arrived in Jamestown, Virginia. More than two hundred years ago, the first successful slave revolt created the first independent Black nation, Haiti. In the early nineteenth century, Gabriel Prosser and Nat Turner launched their rebellions, and in 1850, after the passage of the Fugitive Slave Act, Harriet Tubman began an Underground Railroad to Canada. A century later, the March on Washington, the Watts uprising, and the police bombing of MOVE have marked August as a time of great possibility and great pain.

In Canada, we recognize Prisoner Justice Day on August 10th as a time to remember all those who have died in custody in this country.

We also acknowledge the sacrifices made by our forebears, those who have fought to end the inhumane, racist treatment accorded prisoners. George Jackson, one of America’s prominent prisoner activists, was assassinated in San Quentin in August 1971, and his name is joined by others — Jonathan Jackson, William Christmas, James McClain, WL Nolen, and others.

In August 1978 in San Quentin, activist Khatari Gaulden died after being refused adequate health care for an injury suffered under mysterious circumstances. To honour his name and to fight for prison justice, a coalition of activists, inside and outside the prison walls, formed the Black August Organizing Committee. Starting in the “concentration camps” of California, Black August strikes swept through prisons across America.

In this tradition and together with those imprisoned south of the border, we, the prisoners of Burnside continue this legacy. We are not violent, we are standing up for simple issues of human justice.

We are organized together because conditions must change. Our demands are as follows:

1. Better Health Care

The province has a duty to provide adequate and ethical health care to everyone. Some of the issues we are facing in our health care include: having medication cut off or delays in providing necessary medication; long waits for x-rays and other medical services; lack of care for chronic and serious illnesses; access to specialist appointments; having our medical complaints dismissed; not enough medical staff; not receiving compassionate care.

Many prisoners face serious mental health issues, addictions, and chronic illnesses caused by poverty. We also know the prison environment causes many health problems. Medical treatment is a right: being deprived of health care is not part of our sentences.

2. Rehabilitation Programs

We are told that the purpose of jail is to rehabilitate us. We want to ask: How are we being rehabilitated if there are little to no programs helping us to get the work, education, and life skills we need to become productive members of society?

We need programs that address mental health and addiction problems; that teach us employable skills; that help us to learn financial management and other life skills; that help us build healthy relationships with our families; that help us reintegrate into society.

What is the point of jail if we are coming out with nothing changed or worse from when we went in?

3. Exercise Equipment

Exercise is necessary for our physical and mental health. We remind the province that we live in a province with winter. We require equipment so we can work out indoors. Exercise helps reduce stress, keeps us occupied in healthy ways, and helps us deal with the prison environment.

We often do not receive the yard time we are entitled to under the Corrections Act. This is a violation of the rights we already have. We call for adequate time for fresh air, exercise, and sunlight.

4. Contact Visits

If we are being scanned for drugs and other contraband, we want to ask the province: Why are we prevented from having contact visits with our families? If the body scanners eliminate contraband from entering the prison, then there is no safety or security reason why we can’t receive contact visits with our families and friends.

Many of us are parents. We call for contact visits that allow our children to see us not behind glass.

5. Personal Clothing and Shoes

If we are being scanned for drugs and other contraband, then we should be able to wear clothing from outside the institution.

The clothing and shoes provided by the jail is often inadequate. We have been provided with shoes of different sizes, shoes that do not fit, and we are not provided with winter clothing like gloves that allow us to go outside.

Wearing our own clothing helps prevent institutionalization, allows us to have appropriate clothing, and helps us feel like human beings.

6. Same Quality Food As Every Other Jail

We call for nutritious food in every jail that meets the needs of prisoners from all religious and cultural backgrounds. We do not understand why menu items can be provided in one institution but not in others. If menu items can be provided in other provinces, or in other facilities in this province, there should be no reason why they cannot be provided here.

We call for the province to respect the dietary needs of prisoners from different cultures. We have struggled in getting menus for religious prisoners. Prisoners have become ill including suffering serious nutritional deficits, and health damage. This is unacceptable and a violation of our religious rights.

7. Air Circulation

We call upon the province to improve the conditions in the jail. In the recent heat wave, the health of prisoners was endangered, particularly prisoners with existing or chronic health issues.

8. Healthier Canteen

We call for healthy items to be added to the canteen. Prisoners supplement the meals provided by the prison with these items that we purchase using our own money or money given us by our families. We do not believe that providing us only with items filled with sugar and chemicals helps promote our health. Junk food is being eliminated from schools, hospitals, and other institutions, so why are people in prison limited to these unhealthy options?

9. No Limits to Visits

Visits with our families and friends help promote our reintegration into society and keep us connected to our support systems. Our families are called upon to put resources into the system through paying for phones and canteen. If the jail can profit off our families, why do we face limitations in seeing them?

10. Access To Library

We call upon the province to immediately allow us to access the library. Legal materials in the library are necessary for us to access our legal rights in court.

We should not be limited in our attempts to educate ourselves.

***

Let us restate. All of these demands are reasonable, and promote our basic well-being. We recognize that the prison industrial complex is intended to divide us. We are unified in our purpose. They cannot segregate us all.

We call upon all people with a conscience beyond the bars to join us in sharing this statement, in writing the Minister of Justice, your MLA, and the Department of Justice to support our demands, to commit to learning more about the conditions in this province’s jails, and in taking actions in solidarity with our struggle.

We send a message of hope to our comrades in prisons all across this country and the world.

“It is said that no one truly knows a nation until one has been inside its jails. A nation should not be judged by how it treats its highest citizens, but its lowest ones.”
— Nelson Mandela

 

Source: https://www.halifaxexaminer.ca/province-house/the-prisoners-at-the-burnside-jail-are-engaged-in-a-non-violent-protest-here-is-their-statement/

Publicités

Un couple de Montréal attaqué après avoir défié un groupe d’extrême droite pour déposer un rapport

L’article original du journal The Gazette a été écrit en anglais. Nous n’avons qu’appliquer une traduction internet.

 

« Matthew » et sa petite amie ont passé une nuit en ville samedi lorsqu’ils sont entrés dans un pub de la rue Ontario et ont remarqué quelque chose d’étrange; une table pleine d’hommes et de femmes vêtus de noir, la plupart tatoués et portant des chemises sur lesquelles on peut lire «Québec au Québécois».

« Au début, je pensais qu’ils n’étaient que nationalistes (québécois), mais quand j’ai entendu ce qu’ils disaient, il était clair qu’ils ressemblaient plus à des skinheads », a déclaré Matthew, qui ne veut pas que son vrai nom soit publié.

« Nous avons dû quitter le bar parce que je voulais les affronter et cela ne valait pas la peine. »

Ils ont marché quelques pâtés de maisons et se sont installés dans un bar du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Assis sur une terrasse face à la rue, Matthew a vu cinq personnes poser des autocollants pour le groupe d’extrême droite Atalante Québec. Il a dit qu’il les avait reconnus plus tôt dans la nuit.

« Je n’aurais probablement pas dû dire quoi que ce soit, mais je leur ai dit que leur idéologie était de la merde », a-t-il dit. « Les choses se sont intensifiées rapidement. »

L’un des hommes a giflé Matthew au visage et avant qu’il ne puisse réagir, les autres ont commencé à bousculer sa petite amie et l’ont ensuite renversé.

« Ma copine est latino-américaine, alors ils ont commencé à lui dire de retourner dans son pays », a déclaré Matthew. « Puis l’un d’entre eux – il était un gros mec avec un tatouage en toile d’araignée et des cheveux vraiment courts – a dit quelque chose comme » Si vous ne sortez pas le f *** d’ici, je vais vous tuer.  »

Atalante Québec ne dirait pas si ses membres ont participé à l’attaque. Ils n’ont pas répondu aux demandes d’entrevue répétées de la Montreal Gazette.

Le groupe est basé à Québec, mais il est actif à Montréal depuis des mois. En mai dernier, des membres masqués d’Atalante ont saccagé le bureau du centre-ville de VICE News, lancé des papiers à des journalistes et les ont tous criés.

Raphäel Levesque, leur chef, a été accusé d’intimidation pour son rôle présumé dans l’incident. Il devrait comparaître devant le tribunal ce mois-ci.

Levesque – également connu sous le nom de Raf Stomper – a purgé une peine de prison pour trafic de drogue. Il a été membre fondateur du groupe de skinhead Légitime Violence, dont les paroles évoquent la lutte contre les immigrants et le début d’un nouvel Holocauste.

L’année dernière, quelqu’un qui s’appelait Raf Stomper a menacé de brûler les bureaux de la force anti-radicalisation de la province si elle s’installait à Québec.

Les membres d’Atalante ont également organisé des rassemblements au Québec-États-Unis. frontière pour protester contre les demandeurs d’asile musulmans qui arrivent au Canada.

La police de Montréal ne dira pas si elle enquête sur les activités d’Atalante.

«Du point de vue du renseignement, il est tout à fait probable que la police de Montréal et la Sûreté du Québec s’intéressent davantage à leurs activités», a déclaré Richard Warman, un avocat spécialisé dans les droits humains qui lutte contre la propagande haineuse en ligne.

«C’est une chose quand ils se livrent tout simplement au harcèlement à la frontière des migrants qui arrivent au Québec, c’est tout à fait différent quand on commence à prendre d’assaut les bureaux des journalistes – en portant des masques – et commettre des délits assez graves.

« Dans ce cas, les membres ou les sympathisants menacent de mort les gens pour avoir enlevé un autocollant, ils se placent eux-mêmes sur la liste des personnes d’intérêt de la police. »

Bien qu’Atalante ait refusé de commenter l’attaque alléguée, il a affiché une réponse en ligne au rapport initial de la Montreal Gazette. Le poste reconnaît que ses membres étaient dans la ville pour une « journée militante » samedi, mais que les allégations de membres d’Atalante engagés dans la violence ne sont pas fondées.

Les médias «anglo-saxons», selon Atalante, attisent le ressentiment des «nationalistes canadiens-français».

Warman dit qu’Atalante fait partie d’une résurgence, au Québec, de groupes haineux de droite. En mai, la Gazette de Montréal a rapporté que l’un des plus importants nationalistes blancs d’Amérique du Nord vit à Montréal et a organisé des réunions sur la suprématie blanche dans l’île.

Les réunions comprenaient des membres d’Atalante, mais aussi La Meute, les soldats d’Odin et Storm Alliance.

Une grande partie de la propagande que ces groupes utilisent est axée sur «l’islam radical» et les migrants, ce que Warman appelle «un choix stratégique».

«Les musulmans sont une cible socialement plus acceptable que les juifs ou les gens de couleur», a déclaré M. Warman, membre du conseil d’administration du Réseau canadien anti-haine. « Mais ne vous y trompez pas, c’est juste un changement d’orientation. Leur idéologie cible toutes sortes de groupes minoritaires et religieux.  »

Un membre du groupe de gauche, Montréal Antifasciste, a déclaré qu’ils avaient retiré 150 autocollants Atalante dans le district d’Hochelaga-Maisonneuve dimanche.

Matthew, qui a déclaré que l’attaque de samedi a traumatisé sa petite amie, a déclaré qu’il était confus sur la façon de se battre contre des groupes comme Atalante. Le samedi, il a choisi de se placer entre les assaillants et sa petite amie au lieu de riposter.

Les spectateurs étaient simplement assis dans un silence stupéfait, regardant cinq assaillants envahir le couple.

«Quand ce fut fini, je me demandais comment nous pouvions chasser ces groupes de notre ville», a-t-il dit. «J’ai parlé au directeur au premier bar et il m’a dit que la présence d’Atalante dérangeait vraiment le personnel et que s’ils revenaient, ils recevraient un très mauvais service.

« Mais nous devons faire plus que cela. Nous devons être capables de prendre position, nous devons nous battre. « 

 

Source: https://montrealgazette.com/news/local-news/montreal-couple-attacked-after-defying-far-right-group-to-file-report

Tous unis contre le G7! Non à l’offensive néolibérale antisociale, à la régression et à la guerre!

Unis contre le G7! Tous contre le G7!

Non à l’offensive néolibérale antisociale, à la

régression et à la guerre! 

Actions contre le G7 à Québec
 


Cliquer pour agrandir

CALENDRIER D’ÉVÉNEMENTS

UNIS CONTRE LE G7!

 

Le Canada est l’hôte du Sommet du G7 qui aura lieu au luxueux Fairmount Manoir Richelieu à La Malbaie, dans la région de Charlevoix au Québec. Le sommet est précédé de rencontres ministérielles.

La Malbaie est une petite municipalité de 8000 habitants située à 150 kilomètres au nord-est de Québec. Les environs du sommet ont été entourés d’une clôture de 3,7 kilomètres de long et de 3,5 mètres de haut, ancrée dans des poteaux de ciment enfoncés 46 centimètres dans le sol. La clôture a coûté 3,8 millions $. Une prison temporaire sera établie près de l’aréna de Clermont, une municipalité voisine, au coût de 1 million $, selon la station de radio locale CIHO. Le budget pour les événements du G7 sera de 600 millions $, soit : 259 millions $ pour la sécurité, plus de 35 millions $ pour la Défense nationale, 2 millions $ pour le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et 1 million $ pour l’Agence des services frontaliers du Canada.

Ainsi, ce Sommet du G7, comme celui du G8 à Huntsville en 2010 et du Sommet du G20 de Toronto qui l’a suivi, les médias et la police essaient de créer de la peur et de l’incertitude par rapport aux manifestations afin de démobiliser le peuple et justifier la répression des droits au nom de la sécurité publique. Ils agissent ainsi en dépit du fait que ce sont les politiques néolibérales antisociales et antinationales des pays du G7 qui répandent la destruction dans le monde au moyen de l’agression économique et militaire.


Cliquer sur la carte pour agrandir

Le réseau cellulaire de Bell a aussi été amélioré dans la région pour satisfaire aux besoins de l’organisation des sommets. La fibre optique a aussi fait son apparition à La Malbaie qui possède maintenant une connexion internet plus rapide.


Carte montrant la distance entre la « zone de libre expression » et le site du sommet

La GRC a confirmé qu’une soi-disant « zone de libre expression » sera établie dans un « terrain vacant » derrière le Musée de Charlevoix qui est situé à près de deux kilomètres de l’hôtel où le sommet aura lieu. Pendant ce temps, pour détourner l’attention de ce qu’est le G7 et de l’opposition des Canadiens à l’offensive néolibérale antisociale que ces sommets mettent de l’avant, les médias parlent de possibles confrontations violentes. Les organisations qui se sont engagées dans l’organisation d’actions d’opposition ont bien fait savoir qu’elles vont s’exprimer contre le G7 et fournir de l’information sur les alternatives à son ordre du jour. [1]

L’exclusion du peuple de la prise de décision est partout présente dans le programme officiel du G7. La réalité contredit les prétentions du premier ministre Justin Trudeau qui afforme que le Sommet vise à « trouver des solutions concrètes en vue de promouvoir l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes, l’énergie propre et la croissance économique profitable à tous ». Selon Trudeau, « en tant que partenaires du G7, nous avons la responsabilité commune de nous assurer que tous les citoyens tirent avantage de notre économie mondiale, ainsi que de laisser un monde plus sain, pacifique et sûr à nos enfants et petits-enfants ».[2]

La réalité est que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres à cause des stratagèmes néolibéraux supranationaux pour payer les riches, et le Canada et les autres pays du G7 essaient de détourner l’attention de cette réalité en parlant d’une « relance économique » prochaine et autres choses du genre. De plus,, les frasques du président américain Donald Trump, qui, à la veille du Sommet, a imposé des tarifs « pour des motifs de sécurité nationale » sur l’acier et sur l’aluminium importés par les États-Unis du Canada, du Mexique et de l’Union européenne, placent son ordre du jour à l’avant-scène et non celui de Trudeau.

« Les guerres commerciales sont en train d’usurper un sommet qui devait initialement être une occasion de vanter les succès de la reprise économique mondiale et elles testent sévèrement la résilience de l’alliance économique occidentale représentée par le G7, écrit l’agence Bloomberg News. Le FMI prévoit que l’économie mondiale va croître cette année et l’an prochain à son rythme le plus rapide depuis 2011. » Le président Trump vient détourner l’attention de tout cela en faveur des oligopoles de la sphère d’influence de l’impérialisme américain.

Quel que soit le thème central de la rencontre du G7, cela ne change rien au fait qu’il est inacceptable que le petit nombre de pays qui comprennent le G7 décident du sort des peuples du monde. Même un coup d’oeil rapide sur le site Web du sommet montre quels procédés régressifs suivent ces sommets internationaux pour priver de pouvoir les peuples du monde et faire en sorte que leurs préoccupations et revendications soient bloquées. À cet égard, la préoccupation première des peuples est que ces sommets se tiennent dans leur dos. Les décisions antisociales et antinationales qui seront prises au détriment des peuples vont être condamnées vigoureusement et les peuples du monde vont poursuivre leurs efforts pour changer la situation en leur faveur.

Tout en oeuvre pour dénoncer le G7 !
Non à l’offensive néolibérale antisociale, à la régression et à la guerre !

Notes

1. Le Conseil des Canadiens soutient que « l’ensemble du Canada devrait être une ‘zone de libre d’expression’ et que c’est une violation des droits démocratiques que de garder les personnes qui veulent protester et s’exprimer sur les questions essentielles à l’ordre du jour hors de vue des dirigeants qui prennent des décisions touchant leur vie (à souligner que les décisions du G7 entourant les changements climatiques nous affectent tous et toutes) ».

Le Conseil informe qu’au 9 mai, 23 097 personnes avaient signé sa pétition contre la présence du président américain Donald Trump au Canada pour participer au sommet du G7.

Plusieurs groupes de la société civile appellent les organisations et le public à se mobiliser pour s’opposer aux politiques des dirigeants des sept pays les plus riches de la planète. Les activités organisées comprennent des rassemblements et des activités d’éducation populaire à Charlevoix. Une manifestation contre le G7 et pour l’ouverture des frontières aura lieu au Parc des Braves à Québec le jeudi 7 juin à 18 h ; il y aura d’autres actions le vendredi 8 juin à partir de 7 h 30 et le samedi 9 juin il y aura une marche, un forum alternatif et un spectacle, le tout dans la région de Québec. Le samedi 9 juin, le forum se déroulera de 10 h à 22 h, dans le parc de la fontaine de Tourny devant l’Assemblée nationale. Une manifestation est prévue à compter de 15 h à partir de ce point de ralliement.

« Nous lançons un appel à participer à cette mobilisation avec comme objectif d’exprimer une vision du développement économique et social respectueux des peuples et de la planète. Nous voulons présenter à la population une alternative au système que nous proposent les représentants des pays les mieux nantis », explique Christian Page, représentant de la Coalition pour un forum alternatif au G7.

« Le G7 fait partie du problème en favorisant la concentration du pouvoir et de la richesse entre les mains d’une élite économique de plus en plus restreinte. Pendant que les dirigeants se pavanent devant les caméras, les véritables problèmes que les États devraient régler sont mis de côté et c’est la population qui en souffre », affirme Marie-Ève Duchesne, porte-parole des groupes de Québec mobilisés contre le G7.

La coalition souligne les impacts négatifs des politiques néolibérales qui selon elle s’accentuent avec l’élection de Donald Trump à la présidence américaine. « Ce que propose Trump, c’est d’établir une nouvelle phase de l’offensive néolibérale. Sa poli tique est basée sur plus d’exploitation des énergies fossiles, plus de guerres commerciales et moins de réglementation pour les entreprises, et les positions du gouvernement Trudeau ne constituent pas une alternative valable à celles de Trump sur ce plan », dit Page.

« Nos revendications sont claires. Il faut s’attaquer à la crise climatique et à la perte de la biodiversité, lutter contre l’accaparement de la richesse et atteindre la justice sociale, interdire les paradis fiscaux et poursuivre les entreprises et les individus qui y ont recours, combattre l’exclusion des populations racisées et enrayer les courants racistes et d’extrême-droite, en plus de reconnaître le droit à l’autodétermination des peuples autochtones », déclare Duchesne.

2. Les thèmes principaux du gouvernement Trudeau pour le sommet du G7 sont :

– Investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde
– Se préparer aux emplois de l’avenir
– Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
– Travailler ensemble à l’égard des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre
– Construire un monde plus pacifique et plus sûr

 

Abattre le capitalisme

Construire la solidarité

 

Source: http://cpcml.ca/francais/Lmlq2018/Q48022.HTM#1

Sommet du G7 : aménagement temporaire d’un centre opérationnel de détention provisoire à Québec

Les personnes arrêtées lors des manifestations organisées à Québec en marge du Sommet du G7 seront détenues dans la cour de la centrale de police du parc Victoria.

Des roulottes de chantier aménagées en espaces de détention provisoire ont été installées dans le stationnement de la centrale au cours des derniers jours.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) confirme qu’elles serviront à la détention des personnes qui pourraient être arrêtées lors du Sommet du G7. Le corps policier mentionne que le poste du parc Victoria accueillera un Centre opérationnel de traitement des contrevenants.

« Ça va être le lieu où des gens qui seraient arrêtés seraient détenus de façon temporaire jusqu’à leur comparution », explique le porte-parole David Poitras.

Un Centre opérationnel de traitement des contrevenants a également été aménagé à l’aréna de Clermont, dans la région de Charlevoix, afin d’accueillir les personnes arrêtées à La Malbaie, où se réuniront les dirigeants du G7 les 8 et 9 juin.


Vue sur une roulotte de chantier aménagée en espace de détention à l’intérieur de la cour de la centrale de police du parc Victoria. La photo a été prise derrière une clôture en grillage métallique.

Le SPVQ assure que les roulottes permettront de répondre « aux besoins de base » des détenus. Photo : Radio-Canada/Stéphane Lamontagne

Prêt à toute éventualité

Le SPVQ refuse de dévoiler le nombre exact de roulottes qui seront aménagées ainsi que leur capacité d’accueil. Lors du passage de Radio-Canada lundi après-midi, on en dénombrait une vingtaine.

Si le nombre de personnes arrêtées lors du G7 venait à dépasser la capacité d’accueil du centre de détention temporaire, le corps policier affirme qu’il ne serait pas pris au dépourvu.

«La planification du G7 est faite de façon à ce que toute éventualité soit envisagée. Donc, même s’il y avait plusieurs arrestations, plusieurs détentions, on a les ressources et l’équipement nécessaires.»

– David Poitras, porte-parole, Service de police de la Ville de Québec
Deux employés transfèrent du mobilier d’un camion cube à une roulotte.

Une vingtaine de roulottes ont été installées jusqu’ici. 

Séparés des autres détenus

David Poitras précise que les personnes arrêtées lors du Sommet du G7 seront détenues séparément de celles appréhendées pour tout autre délit. Les espaces de détention existants garderont leur usage habituel.

« La ville n’arrête pas de tourner pendant le Sommet du G7, soutient le porte-parole. Donc si, par exemple, une personne était arrêtée dans le secteur de Charlesbourg et qu’il n’y avait aucun lien avec le G7, bien cette personne-là passerait au niveau de la détention de Québec au même titre que les 360 autres jours de l’année. »

Les détenus du G7 auront également leur propre système de vidéo-comparution.

La police de Québec assure que les roulottes permettront de répondre « aux besoins de base » des détenus entre leur arrestation et leur comparution.

« Que ce soit au niveau des toilettes ou que ce soit au niveau de l’hébergement, oui, nos infrastructures permettent ça », indique David Poitras.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1103642/manifestatns-sommet-g7-detenus-roulottes-chantier-centrale-police-parc-victoria-quebec

Communiqué de presse – La résistance au G7 est en marche

– Pour diffusion immédiate ~

Montréal, le 2 avril 2018

Les 8 et 9 juin prochains, aura lieu le Sommet du G7, lequel réunira les représentants des sept pays les plus puissants du monde au Manoir Richelieu, à La Malbaie. Les leaders mondiaux disent vouloir s’entretenir de croissance économique, de création d’emplois, d’égalité des sexes, de changements climatiques et de politiques étrangères… Mais nous savons qu’en réalité, les rencontres du G7 sont déterminantes pour l’organisation mondiale de l’économie capitaliste en fonction des intérêts des banques, des industries pétrolières, agroalimentaires, pharmaceutiques, technologiques, de l’armement et autres grands conglomérats. C’est pour dénoncer cette hypocrisie flagrante ‒ propagée par les discours mensongers du premier ministre du Canada à saveur progressiste, démocratique et inclusive ‒ que nous avons fondé le Réseau de résistance anti-G7 (RRAG7). « Parler de la place des femmes dans le monde avec Donald Trump autour de la table pourrait faire l’objet d’une caricature et non d’une considération sérieuse et cohérente des principes mis de l’avant dans la promotion du G7 », affirme Anna, l’une des membres du RRAG7.

Le G7 s’avère être l’un des symboles phares des États néolibéraux qui légitiment le 1% le plus riche de la population mondiale en créant et maintenant les inégalités sociales et économiques. Partout à travers le monde, les travailleurs et travailleuses, les sans-emploi, les sans-statut ainsi que tous les exploitéEs et laisséEs pour compte du système capitaliste s’indignent de cette mise en scène qui coûtera plusieurs centaines de millions de dollars et refusent qu’elle soit légitimée par ceux qui en profitent.

« Nous croyons qu’il est temps de se réunir et de s’indigner vis-à-vis cette absurdité, afin de faire entendre notre voix. Il est temps de se mobiliser, de manifester et de résister face à cette mécanique orchestrée par les privilégiés ! » lance Patrick, un militant actif du réseau. Le capitalisme est une mort lente pour les droits des peuples, de même que pour les ressources naturelles qui sont décimées au profit du maintien des dynamiques de pouvoir actuelles. Nous invitons la population à se joindre aux efforts de mobilisation pour exprimer leur refus de ce système qui perpétue l’impérialisme des pays du G7 et continue de répandre un peu plus chaque jour la misère humaine et la destruction écologique aux quatre coins de la planète!

Le RRAG7 tiendra une marche unitaire festive contre le G7,  contre l’extractivisme et contre les frontières le jeudi 7 juin en soirée à Québec. Ce sera l’occasion de mettre de l’avant nos valeurs et nos luttes anti-impérialistes, anticolonialistes, antiracistes, antipatriarcales et anticapitalistes. Le RRAG7 appelle également à une journée de perturbation des activités du sommet du G7 le vendredi 8 juin dans la région de Québec.

info@antig7.org

Pour le moment, aucune entrevue ne sera accordée. Merci de votre compréhension.

Source: https://antig7.org/fr/node/86

Printemps érable : l’agent de la SQ Denis Burelle suspendu 35 jours

Blâmé pour l’utilisation imprudente de son arme et pour avoir blessé gravement des manifestants à Victoriaville en 2012, le policier de la Sûreté du Québec (SQ) Denis Burelle n’aura pour toute sanction qu’une suspension de 35 jours sans salaire.

On se rappellera que lors du conseil général du Parti libéral du Québec, le 4 mai 2012, l’agent Burelle faisait partie d’un peloton antiémeute déployé devant le Centre des congrès de Victoriaville. Il était l’un des six policiers équipés de balles de plastique. Il a gravement blessé des manifestants qui n’étaient « aucunement menaçants pour les policiers », avait conclu le Comité de déontologie policière.

Alexandre Allard, atteint à la tête par un projectile de l’agent Burelle, a frôlé la mort après avoir subi une fracture du crâne et une double commotion cérébrale. Il a conservé des séquelles permanentes de ses blessures. Dominique Laliberté-Martineau a aussi été atteinte à la tête par une balle de plastique, qui lui a causé une double fracture de la mâchoire.

Le SPVM entend augmenter le nombre de pistolets Taser utilisés par les policiers

La police de Montréal confirme son objectif de se doter d’un pistolet Taser par duo d’agents d’ici 2020. Elle s’engage du même souffle à ne plus utiliser de grenades assourdissantes dans les manifestations.

On se rappellera que Francis Grenier a perdu l’usage d’un oeil par l’une de ces grenades lors des manifestations du Printemps Érable.

Pour la Ligue des Noirs du Québec, la normalisation des pistolets électriques risque aussi d’« augmenter les cas de brutalité policière envers les minorités visibles, en particulier la communauté noire ».

« Aux États-Unis, les rapports indiquent que 1100 personnes sont décédées suite à l’utilisation des Tasers [sic] et il y a un recours contre la police et les villes responsables dans 442 cas », écrit-elle dans un communiqué transmis aux médias mardi.

« La réalité est que les victimes des Tasers [sic] sont pauvres et n’ont pas de défense dans la société », conclut la Ligue.

 

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1094300/plus-de-taser-moins-de-grenades-assourdissantes-au-spvm