Tous unis contre le G7! Non à l’offensive néolibérale antisociale, à la régression et à la guerre!

Unis contre le G7! Tous contre le G7!

Non à l’offensive néolibérale antisociale, à la

régression et à la guerre! 

Actions contre le G7 à Québec
 


Cliquer pour agrandir

CALENDRIER D’ÉVÉNEMENTS

UNIS CONTRE LE G7!

 

Le Canada est l’hôte du Sommet du G7 qui aura lieu au luxueux Fairmount Manoir Richelieu à La Malbaie, dans la région de Charlevoix au Québec. Le sommet est précédé de rencontres ministérielles.

La Malbaie est une petite municipalité de 8000 habitants située à 150 kilomètres au nord-est de Québec. Les environs du sommet ont été entourés d’une clôture de 3,7 kilomètres de long et de 3,5 mètres de haut, ancrée dans des poteaux de ciment enfoncés 46 centimètres dans le sol. La clôture a coûté 3,8 millions $. Une prison temporaire sera établie près de l’aréna de Clermont, une municipalité voisine, au coût de 1 million $, selon la station de radio locale CIHO. Le budget pour les événements du G7 sera de 600 millions $, soit : 259 millions $ pour la sécurité, plus de 35 millions $ pour la Défense nationale, 2 millions $ pour le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et 1 million $ pour l’Agence des services frontaliers du Canada.

Ainsi, ce Sommet du G7, comme celui du G8 à Huntsville en 2010 et du Sommet du G20 de Toronto qui l’a suivi, les médias et la police essaient de créer de la peur et de l’incertitude par rapport aux manifestations afin de démobiliser le peuple et justifier la répression des droits au nom de la sécurité publique. Ils agissent ainsi en dépit du fait que ce sont les politiques néolibérales antisociales et antinationales des pays du G7 qui répandent la destruction dans le monde au moyen de l’agression économique et militaire.


Cliquer sur la carte pour agrandir

Le réseau cellulaire de Bell a aussi été amélioré dans la région pour satisfaire aux besoins de l’organisation des sommets. La fibre optique a aussi fait son apparition à La Malbaie qui possède maintenant une connexion internet plus rapide.


Carte montrant la distance entre la « zone de libre expression » et le site du sommet

La GRC a confirmé qu’une soi-disant « zone de libre expression » sera établie dans un « terrain vacant » derrière le Musée de Charlevoix qui est situé à près de deux kilomètres de l’hôtel où le sommet aura lieu. Pendant ce temps, pour détourner l’attention de ce qu’est le G7 et de l’opposition des Canadiens à l’offensive néolibérale antisociale que ces sommets mettent de l’avant, les médias parlent de possibles confrontations violentes. Les organisations qui se sont engagées dans l’organisation d’actions d’opposition ont bien fait savoir qu’elles vont s’exprimer contre le G7 et fournir de l’information sur les alternatives à son ordre du jour. [1]

L’exclusion du peuple de la prise de décision est partout présente dans le programme officiel du G7. La réalité contredit les prétentions du premier ministre Justin Trudeau qui afforme que le Sommet vise à « trouver des solutions concrètes en vue de promouvoir l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes, l’énergie propre et la croissance économique profitable à tous ». Selon Trudeau, « en tant que partenaires du G7, nous avons la responsabilité commune de nous assurer que tous les citoyens tirent avantage de notre économie mondiale, ainsi que de laisser un monde plus sain, pacifique et sûr à nos enfants et petits-enfants ».[2]

La réalité est que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres à cause des stratagèmes néolibéraux supranationaux pour payer les riches, et le Canada et les autres pays du G7 essaient de détourner l’attention de cette réalité en parlant d’une « relance économique » prochaine et autres choses du genre. De plus,, les frasques du président américain Donald Trump, qui, à la veille du Sommet, a imposé des tarifs « pour des motifs de sécurité nationale » sur l’acier et sur l’aluminium importés par les États-Unis du Canada, du Mexique et de l’Union européenne, placent son ordre du jour à l’avant-scène et non celui de Trudeau.

« Les guerres commerciales sont en train d’usurper un sommet qui devait initialement être une occasion de vanter les succès de la reprise économique mondiale et elles testent sévèrement la résilience de l’alliance économique occidentale représentée par le G7, écrit l’agence Bloomberg News. Le FMI prévoit que l’économie mondiale va croître cette année et l’an prochain à son rythme le plus rapide depuis 2011. » Le président Trump vient détourner l’attention de tout cela en faveur des oligopoles de la sphère d’influence de l’impérialisme américain.

Quel que soit le thème central de la rencontre du G7, cela ne change rien au fait qu’il est inacceptable que le petit nombre de pays qui comprennent le G7 décident du sort des peuples du monde. Même un coup d’oeil rapide sur le site Web du sommet montre quels procédés régressifs suivent ces sommets internationaux pour priver de pouvoir les peuples du monde et faire en sorte que leurs préoccupations et revendications soient bloquées. À cet égard, la préoccupation première des peuples est que ces sommets se tiennent dans leur dos. Les décisions antisociales et antinationales qui seront prises au détriment des peuples vont être condamnées vigoureusement et les peuples du monde vont poursuivre leurs efforts pour changer la situation en leur faveur.

Tout en oeuvre pour dénoncer le G7 !
Non à l’offensive néolibérale antisociale, à la régression et à la guerre !

Notes

1. Le Conseil des Canadiens soutient que « l’ensemble du Canada devrait être une ‘zone de libre d’expression’ et que c’est une violation des droits démocratiques que de garder les personnes qui veulent protester et s’exprimer sur les questions essentielles à l’ordre du jour hors de vue des dirigeants qui prennent des décisions touchant leur vie (à souligner que les décisions du G7 entourant les changements climatiques nous affectent tous et toutes) ».

Le Conseil informe qu’au 9 mai, 23 097 personnes avaient signé sa pétition contre la présence du président américain Donald Trump au Canada pour participer au sommet du G7.

Plusieurs groupes de la société civile appellent les organisations et le public à se mobiliser pour s’opposer aux politiques des dirigeants des sept pays les plus riches de la planète. Les activités organisées comprennent des rassemblements et des activités d’éducation populaire à Charlevoix. Une manifestation contre le G7 et pour l’ouverture des frontières aura lieu au Parc des Braves à Québec le jeudi 7 juin à 18 h ; il y aura d’autres actions le vendredi 8 juin à partir de 7 h 30 et le samedi 9 juin il y aura une marche, un forum alternatif et un spectacle, le tout dans la région de Québec. Le samedi 9 juin, le forum se déroulera de 10 h à 22 h, dans le parc de la fontaine de Tourny devant l’Assemblée nationale. Une manifestation est prévue à compter de 15 h à partir de ce point de ralliement.

« Nous lançons un appel à participer à cette mobilisation avec comme objectif d’exprimer une vision du développement économique et social respectueux des peuples et de la planète. Nous voulons présenter à la population une alternative au système que nous proposent les représentants des pays les mieux nantis », explique Christian Page, représentant de la Coalition pour un forum alternatif au G7.

« Le G7 fait partie du problème en favorisant la concentration du pouvoir et de la richesse entre les mains d’une élite économique de plus en plus restreinte. Pendant que les dirigeants se pavanent devant les caméras, les véritables problèmes que les États devraient régler sont mis de côté et c’est la population qui en souffre », affirme Marie-Ève Duchesne, porte-parole des groupes de Québec mobilisés contre le G7.

La coalition souligne les impacts négatifs des politiques néolibérales qui selon elle s’accentuent avec l’élection de Donald Trump à la présidence américaine. « Ce que propose Trump, c’est d’établir une nouvelle phase de l’offensive néolibérale. Sa poli tique est basée sur plus d’exploitation des énergies fossiles, plus de guerres commerciales et moins de réglementation pour les entreprises, et les positions du gouvernement Trudeau ne constituent pas une alternative valable à celles de Trump sur ce plan », dit Page.

« Nos revendications sont claires. Il faut s’attaquer à la crise climatique et à la perte de la biodiversité, lutter contre l’accaparement de la richesse et atteindre la justice sociale, interdire les paradis fiscaux et poursuivre les entreprises et les individus qui y ont recours, combattre l’exclusion des populations racisées et enrayer les courants racistes et d’extrême-droite, en plus de reconnaître le droit à l’autodétermination des peuples autochtones », déclare Duchesne.

2. Les thèmes principaux du gouvernement Trudeau pour le sommet du G7 sont :

– Investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde
– Se préparer aux emplois de l’avenir
– Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
– Travailler ensemble à l’égard des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre
– Construire un monde plus pacifique et plus sûr

 

Abattre le capitalisme

Construire la solidarité

 

Source: http://cpcml.ca/francais/Lmlq2018/Q48022.HTM#1

Publicités

Sommet du G7 : aménagement temporaire d’un centre opérationnel de détention provisoire à Québec

Les personnes arrêtées lors des manifestations organisées à Québec en marge du Sommet du G7 seront détenues dans la cour de la centrale de police du parc Victoria.

Des roulottes de chantier aménagées en espaces de détention provisoire ont été installées dans le stationnement de la centrale au cours des derniers jours.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) confirme qu’elles serviront à la détention des personnes qui pourraient être arrêtées lors du Sommet du G7. Le corps policier mentionne que le poste du parc Victoria accueillera un Centre opérationnel de traitement des contrevenants.

« Ça va être le lieu où des gens qui seraient arrêtés seraient détenus de façon temporaire jusqu’à leur comparution », explique le porte-parole David Poitras.

Un Centre opérationnel de traitement des contrevenants a également été aménagé à l’aréna de Clermont, dans la région de Charlevoix, afin d’accueillir les personnes arrêtées à La Malbaie, où se réuniront les dirigeants du G7 les 8 et 9 juin.


Vue sur une roulotte de chantier aménagée en espace de détention à l’intérieur de la cour de la centrale de police du parc Victoria. La photo a été prise derrière une clôture en grillage métallique.

Le SPVQ assure que les roulottes permettront de répondre « aux besoins de base » des détenus. Photo : Radio-Canada/Stéphane Lamontagne

Prêt à toute éventualité

Le SPVQ refuse de dévoiler le nombre exact de roulottes qui seront aménagées ainsi que leur capacité d’accueil. Lors du passage de Radio-Canada lundi après-midi, on en dénombrait une vingtaine.

Si le nombre de personnes arrêtées lors du G7 venait à dépasser la capacité d’accueil du centre de détention temporaire, le corps policier affirme qu’il ne serait pas pris au dépourvu.

«La planification du G7 est faite de façon à ce que toute éventualité soit envisagée. Donc, même s’il y avait plusieurs arrestations, plusieurs détentions, on a les ressources et l’équipement nécessaires.»

– David Poitras, porte-parole, Service de police de la Ville de Québec
Deux employés transfèrent du mobilier d’un camion cube à une roulotte.

Une vingtaine de roulottes ont été installées jusqu’ici. 

Séparés des autres détenus

David Poitras précise que les personnes arrêtées lors du Sommet du G7 seront détenues séparément de celles appréhendées pour tout autre délit. Les espaces de détention existants garderont leur usage habituel.

« La ville n’arrête pas de tourner pendant le Sommet du G7, soutient le porte-parole. Donc si, par exemple, une personne était arrêtée dans le secteur de Charlesbourg et qu’il n’y avait aucun lien avec le G7, bien cette personne-là passerait au niveau de la détention de Québec au même titre que les 360 autres jours de l’année. »

Les détenus du G7 auront également leur propre système de vidéo-comparution.

La police de Québec assure que les roulottes permettront de répondre « aux besoins de base » des détenus entre leur arrestation et leur comparution.

« Que ce soit au niveau des toilettes ou que ce soit au niveau de l’hébergement, oui, nos infrastructures permettent ça », indique David Poitras.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1103642/manifestatns-sommet-g7-detenus-roulottes-chantier-centrale-police-parc-victoria-quebec

Communiqué de presse – La résistance au G7 est en marche

– Pour diffusion immédiate ~

Montréal, le 2 avril 2018

Les 8 et 9 juin prochains, aura lieu le Sommet du G7, lequel réunira les représentants des sept pays les plus puissants du monde au Manoir Richelieu, à La Malbaie. Les leaders mondiaux disent vouloir s’entretenir de croissance économique, de création d’emplois, d’égalité des sexes, de changements climatiques et de politiques étrangères… Mais nous savons qu’en réalité, les rencontres du G7 sont déterminantes pour l’organisation mondiale de l’économie capitaliste en fonction des intérêts des banques, des industries pétrolières, agroalimentaires, pharmaceutiques, technologiques, de l’armement et autres grands conglomérats. C’est pour dénoncer cette hypocrisie flagrante ‒ propagée par les discours mensongers du premier ministre du Canada à saveur progressiste, démocratique et inclusive ‒ que nous avons fondé le Réseau de résistance anti-G7 (RRAG7). « Parler de la place des femmes dans le monde avec Donald Trump autour de la table pourrait faire l’objet d’une caricature et non d’une considération sérieuse et cohérente des principes mis de l’avant dans la promotion du G7 », affirme Anna, l’une des membres du RRAG7.

Le G7 s’avère être l’un des symboles phares des États néolibéraux qui légitiment le 1% le plus riche de la population mondiale en créant et maintenant les inégalités sociales et économiques. Partout à travers le monde, les travailleurs et travailleuses, les sans-emploi, les sans-statut ainsi que tous les exploitéEs et laisséEs pour compte du système capitaliste s’indignent de cette mise en scène qui coûtera plusieurs centaines de millions de dollars et refusent qu’elle soit légitimée par ceux qui en profitent.

« Nous croyons qu’il est temps de se réunir et de s’indigner vis-à-vis cette absurdité, afin de faire entendre notre voix. Il est temps de se mobiliser, de manifester et de résister face à cette mécanique orchestrée par les privilégiés ! » lance Patrick, un militant actif du réseau. Le capitalisme est une mort lente pour les droits des peuples, de même que pour les ressources naturelles qui sont décimées au profit du maintien des dynamiques de pouvoir actuelles. Nous invitons la population à se joindre aux efforts de mobilisation pour exprimer leur refus de ce système qui perpétue l’impérialisme des pays du G7 et continue de répandre un peu plus chaque jour la misère humaine et la destruction écologique aux quatre coins de la planète!

Le RRAG7 tiendra une marche unitaire festive contre le G7,  contre l’extractivisme et contre les frontières le jeudi 7 juin en soirée à Québec. Ce sera l’occasion de mettre de l’avant nos valeurs et nos luttes anti-impérialistes, anticolonialistes, antiracistes, antipatriarcales et anticapitalistes. Le RRAG7 appelle également à une journée de perturbation des activités du sommet du G7 le vendredi 8 juin dans la région de Québec.

info@antig7.org

Pour le moment, aucune entrevue ne sera accordée. Merci de votre compréhension.

Source: https://antig7.org/fr/node/86

Printemps érable : l’agent de la SQ Denis Burelle suspendu 35 jours

Blâmé pour l’utilisation imprudente de son arme et pour avoir blessé gravement des manifestants à Victoriaville en 2012, le policier de la Sûreté du Québec (SQ) Denis Burelle n’aura pour toute sanction qu’une suspension de 35 jours sans salaire.

On se rappellera que lors du conseil général du Parti libéral du Québec, le 4 mai 2012, l’agent Burelle faisait partie d’un peloton antiémeute déployé devant le Centre des congrès de Victoriaville. Il était l’un des six policiers équipés de balles de plastique. Il a gravement blessé des manifestants qui n’étaient « aucunement menaçants pour les policiers », avait conclu le Comité de déontologie policière.

Alexandre Allard, atteint à la tête par un projectile de l’agent Burelle, a frôlé la mort après avoir subi une fracture du crâne et une double commotion cérébrale. Il a conservé des séquelles permanentes de ses blessures. Dominique Laliberté-Martineau a aussi été atteinte à la tête par une balle de plastique, qui lui a causé une double fracture de la mâchoire.

Le SPVM entend augmenter le nombre de pistolets Taser utilisés par les policiers

La police de Montréal confirme son objectif de se doter d’un pistolet Taser par duo d’agents d’ici 2020. Elle s’engage du même souffle à ne plus utiliser de grenades assourdissantes dans les manifestations.

On se rappellera que Francis Grenier a perdu l’usage d’un oeil par l’une de ces grenades lors des manifestations du Printemps Érable.

Pour la Ligue des Noirs du Québec, la normalisation des pistolets électriques risque aussi d’« augmenter les cas de brutalité policière envers les minorités visibles, en particulier la communauté noire ».

« Aux États-Unis, les rapports indiquent que 1100 personnes sont décédées suite à l’utilisation des Tasers [sic] et il y a un recours contre la police et les villes responsables dans 442 cas », écrit-elle dans un communiqué transmis aux médias mardi.

« La réalité est que les victimes des Tasers [sic] sont pauvres et n’ont pas de défense dans la société », conclut la Ligue.

 

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1094300/plus-de-taser-moins-de-grenades-assourdissantes-au-spvm

Solidarité avec Soheil Arabi, un anarcho-syndicaliste emprisonné en Iran depuis 2013

Comme peu d’information circule à son sujet en français, voici une etraduction d’un article en anglais.

 

 

iTraduction

Soheil Arabi né le 21 août 1985, d’abord à la peine de mort pour « insulte au prophète » a été frappé par la Cour suprême, Puis a été condamné à sept ans et demi de prison.

La branche 10 du tribunal pénal de Téhéran a également ordonné à Arabi d’étudier des cours islamiques pendant deux ans pour « prouver son repentir » pour avoir publié du contenu sur Facebook contre le prophète Mohammad, a ajouté la source.

« M. Arabi doit lire 13 livres sur la théologie et la conscience religieuse pendant deux ans et préparer des résumés pour chacun pour effacer ses doutes. Il doit également être en contact avec l’Institut True Path ainsi que le Centre de recherche Imam Khomeini et présenter ses questions. Chaque mois, il présentera au tribunal les questions, les réponses et les résumés de livres.

Arabi, 32 ans, a été arrêté en novembre 2013 par les gardiens de la révolution islamique pour ses publications sur Facebook et condamné à mort pour avoir insulté le Prophète « (sabb-al-nabi) par la section 76 de la Cour pénale de Téhéran. Mais le 27 juin 2015, la Cour suprême a annulé la peine de mort.

Arabi a également été à plusieurs reprises refusé un congé (congé temporaire) depuis son arrestation en Novembre 2013.

Source: https://liberteouvriere.wordpress.com/2018/01/22/solidarite-avec-soheil-arabi-un-anarcho-syndicaliste-emprisonne-en-iran-depuis-2013/

Les policiers américains ont abattu 987 personnes en 2017

Les policiers américains ont tué par balle près d’un millier de personnes en 2017, soit légèrement plus que l’année précédente, selon un décompte publié lundi par le Washington Post.

Au total, 987 personnes ont perdu la vie sous des balles policières l’an dernier, contre 963 en 2016 et 995 en 2015, précise le journal, qui tient un bilan des fusillades impliquant des policiers depuis 2015 en s’appuyant sur la presse locale, les publications officielles et les réseaux sociaux. Les chiffres ne concernent que des civils tués par balle par des policiers en service.

L’utilisation des armes à feu par les policiers est sujette à controverses ces dernières années à la suite de la mort de plusieurs hommes noirs désarmés, provoquant des manifestations à travers tout le pays et parfois des émeutes. Selon le Washington Post, 19 hommes noirs non armés ont été tués par des policiers en 2017, contre 17 en 2016 et 36 l’année précédente. Le journal relève que le nombre d’hommes noirs atteint un niveau disproportionné parmi les personnes tuées par balle par la police : armés ou non, ils sont 223 à avoir été abattus, représentant 23 % du total, alors que les hommes noirs ne représentent que 6 % de la population américaine.

Toutes origines ethniques confondues, les policiers ont abattu 68 personnes désarmées l’année dernière, contre 51 en 2016 et 94 en 2015.

Selon la base de données du Washington Post, 735 personnes abattues étaient en possession d’armes blanches ou à feu. En 2016, elles étaient 693.

 

D’après la police fédérale (FBI), 46 policiers ont été tués pendant l’exercice de leurs fonctions en 2017 contre 66 l’année précédente.
Quatre personnes seulement ont été abattues par la police l’an dernier au Royaume-Uni, selon l’organisation britannique Inquest, et 13 par la police allemande, d’après une étude du quotidien berlinois Tageszeitung.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/01/08/les-policiers-americains-ont-abattu-987-personnes-en-2017_5239078_3222.html#RY0SBWiL6e09uLAs.99