La Meute, groupe d’extrême-droite, fait sa manif sous protection policière alors que la manif antifa et antiraciste fut déclarée illégale

Un membre du groupe La Meute

 

On attendait la manifestation de La Meute en début d’après-midi dimanche à Québec. C’est plutôt celle contre le racisme qui a retenu l’attention. Elle été déclarée illégale en raison d’affrontements avec les forces de la répression.

Avec environ de quatre heures de retard, les membres de La Meute ont finalement défilé dans les rues de Québec en début de soirée sous protection policière.

La marche du groupe raciste et xénophobe «La Meute»  s’est déroulée dans le silence. Ils étaient environ 600, selon le porte-parole du groupe, Sylvain Brouillette.

Les membres du groupe La Meute ont été longuement confinés dans un stationnement du centre-ville à la demande du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

 

Les membres du groupe La Meute confinés dans un des sous-sol d’un édifice du gouvernement du Québec

Des heurts entre quelques dizaines de manifestants contre le racisme majoritairement cagoulés et le SPVQ ont rapidement dégénéré au cours de l’après-midi.

Des bombes fumigènes, des chaises et des bouteilles de verre ont notamment été lancées près du parc de la Francophonie. Des feux ont aussi été allumés dans des conteneurs.

Le militant Jaggi Singh a pour sa part été arrêté, sous les protestations de la foule.

L’arrestation de JaggiSingh

 

La manifestation en faveur de l’immigration a été déclarée illégale à 14 h 15 par le SPVQ.

Puis, la police de Québec a lancé un avis de dispersion vers 16 h aux 300 personnes réunies devant le lieu de rassemblement de La Meute.

Cette décision a convaincu La Meute de retarder sa sortie du stationnement afin de faciliter le travail des policiers.

 

Face à la répression, la solidarité est notre arme

 

Abattre le capitalisme

Construire le solidarité!

Publicités

Tensions extrêmes à Québec après que la manifestation antifa et antiraciste a été déclarée illégale

Au moment où nous écrivons ces lignes, la police de Québec refoule les manifestantEs, procède à des arrestations et lance des gaz lacrymogènes pour disperser la manifestation antifa et antiraciste.

Des gaz lacrymogènes ont été lancés contre les manifestantEs antifa

 

Une manifestation de racistes et fascistes de Québec était prévu pour 14h00 HNE. Une contre-manifestation antifa et antiraciste s’était organisée pour bloquer celle de « La Meute », un groupe identitaire prônant des idées racistes et islamophobes.  Les manifestants de « La Meute » qui sont estimés à six-cents (600) ont longuement été sous la protection de la police de Québec, de nombreuses heures,  dans un garage/stationnement autour du Parlement de Québec.

« Vous êtes pas écoeurés d’être racistes »

Les membres du groupe « La Meute » réfléchissent à la possibilité d’annuler leur manifestation. Leur porte-parole affirme à qui veut l’entendre que « La Meute » est un groupe populiste et identitaire pacifique où la violence n’est pas tolérée.

 

Patrick Beaudry, un des fondateurs de La Meute

 

À 14h15, la manifestation antifa en faveur de l’immigration a été déclarée illégale par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Puis, le SPVQ a lancé un avis de dispersion vers 16 h aux trois cents (300) personnes réunies devant le lieu de rassemblement de La Meute.

Le militant Jaggi Singh a d’ailleurs été arrêté sous les protestations de la foule.

Arrestation de Jaggi Singh

 

D’un côté, La Meute avait organisé une manifestation pour dénoncer la façon dont le gouvernement fédéral gère la situation des demandeurs d’asile. De l’autre, l’Action citoyenne contre la discrimination voulait faire contrepoids à ce discours raciste et prôner l’ouverture. Des altercations entre les deux groupes sont survenues.

 

 

«Nos familles, nos amis sont des immigrants. Nous ne sommes pas que des racistes dans la ville de Québec. On ne tolère pas les discours qui nous rejettent et qui nous nient.»

  – Pablo Roy-Rojas, porte-parole des contre-manifestants antifas

Pablo Roy-Rojas, porte-parole des manifestants antiracistes à Québec Photo : Radio-Canada
  

Face à la répression, la solidarité est notre arme.

Abattre le capitalisme,

construire la solidarité!

«La Meute» vue de l’intérieur

Pour mieux connaître ce que fait le groupe fasciste La Meute ainsi que leurs idées politique, leur programme et leurs actions, le document de GAPPA dont vous pouvez vous saisir ci-après nous semble une recherche très fouillée et la fidèle à nos valeurs que nous puissions présenter.

« Si plusieurs individus qui ont été invités au groupe ont quitté de manière immédiate, en voyant de quel groupe il s’agissait, certains d’entre eux ayant même dénoncé le groupe et ses idées, d’autres par contre, décident de rester. Les motivations peuvent être nombreuses, que ce soit par curiosité sans souscrire aux idées qui y sont présentes, ou encore pour vérifier s’ils adhèrent idéologiquement au groupe. Et l’adhésion idéologique ne veut pas nécessairement dire être prêt à se mettre en action pour «La Meute».

Néanmoins, il faut tout de même faire un constat préoccupant: si le chef du groupe disait ne pas vouloir faire d’appel à la haine ou à la violence, lorsqu’il a convoqué La Presse pour présenter son groupe, fin décembre dernier, signifiant que les membres de son groupe sont présents uniquement parce qu’ils ont peur de l’islam radical, la stigmatisation des musulmans qui se fait chaque jour sur la page, et ce, tant par le chef que par les administrateurs ou divers individus de la page, peut clairement avoir des impacts sur des individus plus fragiles qui sont exposés quotidiennement à ce genre de discours (qu’ils l’expriment sur la page de «La Meute» ou non). De plus, si le chef et les administrateurs de cette page disent aussi se dédouaner de toute responsabilité quant aux écrits des personnes qui viennent sur «La Meute», il est tout de même déroutant de voir que les administrateurs de cette page n’interviennent pas quand les propos dérapent dangereusement (par exemple quand un homme demande si les musulmans sont des êtres humains, quand un autre affirme qu’il aime mieux savoir que les musulmans «baisent avec des chèvres» que des femmes ou quand un individu demande si la milice est une forme d’action qui est envisagée et que le fondateur du groupe n’exclut pas l’idée).De plus, l’ardeur que certains membres du groupe mettent à grimper dans ce qu’ils appellent la hiérarchie de «La Meute», en s’impliquant dans diverses formes d’actions est également troublante. En effet, divers individus en sont rendus à se tatouer sur le corps le logo du groupe (une trace de pas de loups) par loyauté à «La Meute», action qui est grandement valorisée par les administrateurs. Il est impossible de savoir si le nombre d’individus portant le tatouage de «La Meute» est élevé, mais une chose est certaine, l’islam radical ne pourra pas se vaincre en faisant payer le prix des actes d’une minorité d’individus à des innocents, c’est-à-dire ici tous les croyants et toutes les croyantes d’une même religion. Cette lutte ne se gagnera pas non plus en niant l’histoire des peuples autochtones, ou encore, en attaquant le féminisme québécois.

***

GAPPA

AmiEs #GAPPA! Les individus derrière cette enquête cherchaient un lieu où publier leur article anonymement: GAPPA s’est fait un plaisir de le reproduire ici. Un aperçu de l’intérieur de «La Meute» où se côtoient propos racistes, sexistes, colonialistes et ultra-nationalistes.

Corvus image la meuteQui est «La Meute»?
C’est en septembre 2015 que le groupe Facebook est fondé par un militaire revenu d’Afghanistan, un homme se faisant appeler Éric Corvus. «La Meute» y comptait 10 000 «loups» à la fin décembre, et une sortie médiatique organisée par le groupe a attiré environ 4000 nouveaux meBLURTatoombres dans les deux semaines suivantes. Ils seraient près de 20 000 à ce jour. Pour s’y joindre, pas la peine de chercher le groupe sur Facebook, il s’agit d’un groupe secret et il faut être référé par un membre. Une personne, qui était déjà dans le groupe depuis un moment, a contacté l’auteur de ce texte afin de présenter «La…

Voir l’article original 3 285 mots de plus